Tournée Minérale: une bonne résolution collective qui fait mal à l'Horeca

La Tournée Minérale a repris ses marques en ce mois de février. L’opération sans alcool pendant un mois compte environ 90 000 inscrits. un nombre comparable aux gens qui s’étaient inscrits l’année dernière. Cette première édition avait tout de même fait du mal aux négociants et à l’Horeca l’année précédente. Ils n’avaient manifestement pas suffisamment d’offres non alcoolisées alors que le sans alcool est peut-être bien devenu un enjeu stratégique. Un enjeu majeur sur le marché belge.

L’eau ne compense pas les pertes de l’alcool

Il faut considérer cette opération comme une gigantesque bonne résolution collective de début d’année. En février 2017, les négociants en boisson avaient connu, suite à cette Tournée Minérale, une baisse de leur chiffre d’affaires pour les boissons alcoolisées de moins de 15 %, c’est beaucoup, alors que pour les sodas, soft et eau, l’augmentation n’avait été que de 3 %. Pas assez pour compenser les pertes, loin de là. Le déficit d’offre en boissons non alcoolisées et d’alternatives était flagrant et les distributeurs de boissons et l’Horeca s’étaient laissés surprendre par cette initiative.

Pour Gilles Vandorpe, président de la FeBeD, fédération des distributeurs de boissons, Les secteurs n’étaient pas bien préparés pour la Tournée Minérale. "Cette année, c’est différent. Évidemment, tous les négociants étaient au courant de ce qui s’est passé l’année passée et nous avons diffusé des brochures parmi les distributeurs de boissons avec un aperçu d’alternatives sans alcool."

Janvier et février: une bonne période pour arrêter l'alcool

Avec pour objectif de rendre visible ces alternatives non alcoolisées pour tenter d’éviter le fiasco commercial de l’année dernière. Et du côté des producteurs de boissons, ce mois de février est une période de marketing intense pour le sans alcool.  Un moment où les produits sans alcool sont davantage mis en avant, pour ceux qui proposent des produits sans alcool, 0 alcool.

Arnaud Hanset, directeur marketing chez Ab InBev pour l’Europe de l’Ouest assure qu’aux mois de janvier et février, "les consommateurs sont en recherche un peu plus importante pour des boissons au moindre niveau d’alcool ou des bières sans alcool, et il est très clair qu’à ce niveau-là on veut utiliser chaque opportunité pour pouvoir prouver aux consommateurs qu’il existe des alternatives tout à fait crédibles."

Et des alternatives en forte croissance, parce qu’outre les bonnes résolutions collectives, comme la Tournée Minérale, les boissons et bières sans alcool sont, selon Ab InBev, les produits de grande consommation qui ont connu la plus forte croissance en 2017, une progression des ventes d’environ 70 %. Il faut bien dire que le marché belge de la bière sans alcool ne représente qu’en entre 2 % et 3 % du marché de la bière. Ce qui laisse des marges de progression importantes. À titre de comparaison, en Allemagne la proportion est de 10 %.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK