Toujours plus de Belges installent des panneaux photovoltaïques : est-ce encore rentable ?

N’en déplaise aux mauvaises langues, le photovoltaïque semble avoir encore de beaux jours devant lui. L’an dernier, la capacité photovoltaïque de notre pays a bondi de 25% selon l’Observatoire photovoltaïque, si bien que notre pays a explosé son record avec un 6 GWc (GigaWatt crête) installé l’an dernier sur tout le territoire belge. Malgré la fin des allocations de soutien à décorer son toit de ces outils permettant d’alléger sa facture d’électricité.

Désormais, la capacité photovoltaïque en Belgique est égale à celle de nos sept centrales nucléaires. En cause : de plus en plus de particuliers font le choix d’installer un arsenal de ces panneaux qui transforment la lumière en électricité. Pourtant, ces dernières années, à coups de taxes, de législation ou encore de tarif prosumer, les détenteurs de cette technologie n’ont pas été épargnés. Alors qu’est-ce qui pousse encore les Belges à investir dans le photovoltaïque et comment rentabiliser au mieux ses panneaux solaires ?


►►► À lire aussi Le solaire photovoltaïque belge égale désormais la puissance nucléaire


Nouvelle taxe et fin des avantages à l’installation

Pour faire installer des panneaux solaires, il faut évidemment ouvrir le portefeuille. Mais une grosse dépense lors de l’achat et la mise en place des panneaux peut être synonyme d’économies à long terme. On estime à environ sept ans le temps d’amortissement des panneaux solaires à Bruxelles et entre 10 et 12 ans en Wallonie et en Flandre.

Pourtant, ce type d’installation était autrefois soutenu voire même encouragé par la Belgique, à différents niveaux selon les régions. La Wallonie et la Flandre octroyaient par exemple de "certificats verts" durant 15 ans aux propriétaires de panneaux solaires. Le sud comme le nord du pays ont ensuite fait marche arrière, supprimé cet avantage et en Wallonie, les autorités se sont même attiré les foudres de certains détenteurs de panneaux photovoltaïques.


►►► À lire aussi Panneaux photovoltaïques : les propriétaires découvrent sur leurs factures d’électricité l’impact du tarif prosumer


D’autant qu’à cette suppression de la prime dite "écologique" d’encouragement à faire installer du photovoltaïque sur le toit de sa maison se sont ajoutées les taxes prosumer – contraction entre producteur et consommateur – qui correspondent aux frais d’utilisation du réseau électrique pour l’électricité produite mais non utilisée. Celle-ci est donc réinjectée sur le réseau. En moyenne, cette taxe revient à 450 euros par ménage.

D’autres compensations

Comment le prix d’installation peut-il être, à terme, remboursé ? Simplement grâce aux économies que permet cette technologie qui produit de l’électricité sur la facture d’énergie annuelle. "Vous payerez moins votre électricité avec une installation photovoltaïque que sans installation photovoltaïque", confirme Benjamin Wilkin, secrétaire générale de l’asbl APERe (Association de promotion des énergies renouvelables). En d’autres termes, les panneaux solaires vous permettent de produire une part de votre consommation vous-mêmes, qui n’est donc pas incluse dans le prix que vous payez lorsqu’il faut mettre la main à la poche.

De plus, les progrès technologiques et la baisse du prix de la technologie influencent aussi la durée qu’il faudra pour amortir votre investissement, bien qu’important. "On peut dire que le prix des panneaux photovoltaïques a été divisé par six. Pourquoi ? Car les panneaux sont deux fois plus efficaces qu’avant et le prix est trois fois moins cher. Donc aujourd’hui, même avec cette redevance prosumer, les rendements restent très intéressants", précise Jacky Collignon, directeur commercial chez EG Collignon Group, une entreprise spécialisée dans l’installation de panneaux photovoltaïques.


►►► À lire aussiPropriétaires de panneaux photovoltaïques wallons : une redevance et des compensations


Des avantages qui, semble-t-il, continuent de séduire les particuliers puisqu’installer des panneaux sur son toit est toujours courant.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK