Titres-services: Philippe Defeyt veut les réorienter vers le non-marchand

Faut-il réorienter les titres-services vers le non-marchand, comme le préconise Philippe Defeyt ?
Faut-il réorienter les titres-services vers le non-marchand, comme le préconise Philippe Defeyt ? - © SODEXO HANDOUT

Il s'agit d'un secteur en pleine expansion, qui annonçait la semaine dernière 170 000 travailleurs et 4% de l'emploi total en Belgique. Aujourd'hui l'Institut pour le Développement Durable met cependant ces chiffres en perspective. Et Philippe Defeyt, le président Ecolo du CPAS de Namur, plaide pour une réorientation d'une partie du système vers le non-marchand.

L'Institut pour le Développement Durable insiste sur le fait qu'il ne faut pas confondre le nombre de personnes qui ont travaillé dans le secteur en un an et le nombre d'emplois créés. Les chiffres réels sont donc certes plus bas (quelque 120 000 emplois en 2012) mais cela reste énorme. D'autant que depuis la crise en 2008, sans les titres-services, la création d'emploi aurait stagné en Belgique.

Certes le secteur est en pleine expansion, il a contribué ces huit dernières années à concurrence de 44% à la création nette d'emplois. Mais pour Philippe Defeyt il faut tout de même nuancer : "Les travailleurs font en moyenne un 3/5ème. Ceci explique que beaucoup de femmes seules qui travaillent dans le secteur des titres-services sont amenées à venir chercher un complément de revenus dans les CPAS, parce qu'effectivement un 3/5ème payé au salaire des titres-services, ça donne en moyenne 850 ou de 900 euros nets par mois. C'est insuffisant pour vivre quand on a des enfants."
 
Et ces emplois titres-services coûtent aussi cher à la collectivité, continue-t-il : "Mon estimation est que chaque emploi aujourd'hui coûte environ 15 000 euros par an à la collectivité, c'est beaucoup", ajoute Philippe Defeyt.
 
Du coup le président du CPAS de Namur lance le débat, au moment où les titres-services vont être régionalisés, en se demandant pourquoi ne pas réorienter une partie de ces moyens vers le non-marchand : "Je pense qu'utiliser une partie de l'argent utilisé aujourd'hui par les titres-services vers les maisons de repos, les centres de soins de jour, les structures d'accueil pour personnes âgées et le maintient à domicile permettrait de créer autant d'emploi mais probablement un emploi de meilleure qualité et répondant à des besoins plus importants encore que ceux auxquels répondent actuellement les titres-services."
 
Marie-Paule Jeunehomme