Thomas Cook: une grande partie des agences sauvées, mais moins de la moitié des emplois

Thomas Cook: une grande partie des agences sauvées, mais moins de la moitié des emplois
Thomas Cook: une grande partie des agences sauvées, mais moins de la moitié des emplois - © JONAS D'HOLLANDER - BELGA

Trois mois et demi après la faillite de Thomas Cook Retail Belgique, l'heure est au bilan. Sur les 91 agences de l'enseigne dans le pays, 80 ont été reprises. Mais seuls 220 emplois ont pu être maintenus, soit moins de la moitié. C'est principalement l'emploi à l'ancien siège de Thomas Cook qui a été décimé.

La faillite de Thomas Cook Retail Belgique a été déclarée le 1er octobre dernier par le tribunal de commerce de Gand. La société, qui comprenait entre autres les 91 agences de voyages (Thomas Cook/Neckermann) du tour-opérateur, a été emportée dans la banqueroute de sa maison-mère britannique. Elle employait plus de 500 personnes.

Deux tiers des agences ont rapidement été reprises par le groupe espagnol Wamos. De sorte que le 21 octobre, 62 d'entre elles rouvraient leurs portes sous la marque Neckermann, avec 195 travailleurs aux commandes.

Nos résultats surpassent nos attentes

300 travailleurs ont eu moins de chance. Il s'agit en majorité de ceux du siège de Zwijnaarde, où se trouvaient les services logistiques.

Pour les 62 agences rouvertes, le bilan est plutôt positif, affirme jeudi la porte-parole de Neckermann, Leen Segers. "Nos résultats surpassent nos attentes. De nombreux clients fidèles ont trouvé leur chemin jusqu'à nous." De plus, fin novembre, un accord a été conclu avec le tour-opérateur en ligne Sunweb, qui permet à Neckermann, selon lui, d'à nouveau proposer environ 90% de son ancienne offre.

Et on a appris jeudi que 18 autres agences allaient pouvoir rouvrir, étant reprises par Hillman Travel. D'ici le mois de mars, 25 membres du personnel travailleront sous ce nouveau nom.

Les difficultés de Thomas Cook en 2019, dans notre rétro de l'année (JT)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK