Télétravail : l'opportunité (forcée) d'une expérimentation à grande échelle

Vous serez nombreux, dès ce lundi à faire du télétravail, notamment pour des raisons sanitaires. Une majorité des fonctionnaires wallons, par exemple a opté pour cette solution. Mais ils ne sont pas les seuls, de plus en plus d’entreprises encouragent pour l’instant le travail à distance.

Une opportunité pour généraliser le télétravail ?

La crise sanitaire est-elle une opportunité pour généraliser le télétravail ? C’est peut-être le cas, mais il reste des freins, malgré un cadre juridique plutôt clair et cela que l’on parle de télétravail régulier ou occasionnel. Le télétravail, pour un manager, cela signifie ne pas avoir les travailleurs littéralement sous la main. Le sentiment ou le besoin de "contrôle" doit donc être remplacé par un a priori, celui de la confiance.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Changement de mentalité

Le télétravail implique donc un véritable changement de mentalité pour Bauduin Auquier, maître de conférences à l’UCLouvain en ressources humaines : "Il ne s’agit pas de se réjouir, évidemment, de ce virus, mais cet environnement qui fait qu’on va devoir tous recourir beaucoup plus au télétravail, je crois, est vertueux. Et ça permettra de faire prendre conscience à de nombreuses entreprises et à des managers que les abus de collaborateurs, c’est ça la crainte, n’est pas fondé. On n’arrive pas à démontrer dans les études qu’il y a plus de 3 à 5% de gens qui abusent. En le pratiquant, maintenant, beaucoup plus généralement, on va se rendre compte qu’on peut faire confiance aux collaborateurs qui travaillent à distance".

Cette période d’incertitude, liée au coronavirus, est-elle une opportunité pour implanter le télétravail ? Bauduin Auquier le pense réellement : "Là où on va travailler à distance, il va falloir apprendre à développer des pratiques collaboratives plus marquées. Il faudra apprendre à mieux organiser le travail pour le rendre plus efficace. On n’a pas la possibilité de se lever pour aller dans le bureau du voisin pour régler un problème. Il faudra une systématique plus grande. Mais je crois que c’est surtout la possibilité de faire émerger des pratiques collaboratives bien plus marquées et quitter ce management encore très autoritaire que l’on rencontre dans beaucoup d’entreprises".

Le télétravail n’est d’ailleurs pas synonyme d’absence totale de contrôle. La relation de travail en tant que telle, dans les droits et obligations entre une hiérarchie et un travailleur, même à distance, ne s’en trouve pas modifiée.

Les obstacles

Le droit fiscal et celui de la sécurité sociale prévoient des règles différentes pour le remboursement des frais de chauffage, de wi-fi, d’imprimante ou encore de papier que vous allez engager en travaillant depuis chez vous et cela crée une forme d’incertitude juridique. Mais en testant, en structurant, enfin des pratiques de télétravail, peut-être que certaines entreprises vont se rendre compte, que ça ne fonctionne pas si mal que ça. Bauduin Auquier l’expliquait, il n’y a pas ou très peu d’abus et il y a la possibilité de beaucoup mieux organiser le travail en équipe.

Quelques conseils

Le premier conseil de Bauduin Auquier s’adresse aux chefs d’équipes : "C’est d’être clair sur ce que l’on va faire, sur les objectifs qui sont attendus des uns et des autres. Comment on va partager ? Comment on va se contacter ? La première chose c’est, en équipe, dans un mode le plus collaboratif possible, de définir comment on peut fonctionner".

Le deuxième point d’attention : "c’est de veiller à avoir chez soi un endroit où on peut travailler au calme. Et ici, la situation va être un peu plus difficile, parce que d’ordinaire les enfants sont à l’école, le conjoint est peut-être au travail, tandis que maintenant on risque de se retrouver avec le conjoint et les enfants à la maison. Donc là, il y a un enjeu d’organisation familial assez important. Je crois qu’il est aussi important pour le travailleur de ne pas oublier la notion de temps, parce que quand on est en télétravail chez soi à domicile, on perd parfois l’heure de vue. Le but n’est pas d’oublier ses horaires et il n’est pas demandé de faire subitement des heures en plus. Il faut donc, de temps en temps, garder un œil sur la montre, ne pas oublier de prendre ses poses et d’arrêter quand la journée de travail est terminée".

Dans la pratique, et pour l’instant, la présence des enfants à la maison ne va évidemment pas faciliter le télétravail. Se répartir clairement le travail que constitue la garde des enfants entre parents va s’avérer nécessaire. Tout comme une bonne dose de souplesse et de compréhension de la part des employeurs

Et pour ceux (employeurs ou employés) qui veulent en savoir plus, le site télétravailler.be est une véritable mine d’informations.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK