Téléphoner et surfer moins cher en vacances: astuces et nouveaux tarifs

Depuis 2007, chaque année, les frais d’itinérance baissent le 1er juillet. Mais comme il s’agit d’un règlement européen, il ne concerne que les 28 pays de l’Union.

Très concrètement, le prix d’un appel passé avec son GSM depuis un pays de l’Union (en Espagne par exemple) passe 29 à 22,99 centimes d'euro la minute (TTC). Le prix d’un appel reçu passe, lui, de 8 à 6,06 centimes la minute. Le coût d’envoi d’un SMS depuis l’étranger chute de 10 à 7,26 centimes et, cela n’est pas neuf, la réception d’un SMS à l’étranger reste gratuite.

Pratiquement lorsque vous êtes loin de cher vous, faites-vous appeler plutôt que d’appeler vous-même, cela vous coutera toujours moins cher, alors que celui qui vous appelle de Belgique ne paie qu’une communication locale. Ou communiquez par SMS.

Surfer à l’étranger reste un sport à hauts risques

Dès que l’on quitte la source Wi-Fi  de son hôtel, la connexion data (surfer, télécharger, échanger des mails, regarder des films en ligne) reste cher, même si les prix, eux aussi, sont mis sous pression par la Commission européenne.

Il y a deux ans, le prix de transfert d’un Mo de données depuis l’étranger coûtait 85 centimes. Il était passé à 54 centimes en 2013, et descend encore à 24,2 centimes le 1er juillet prochain. Mais un Mo ne permet pas de faire grand-chose: 100 mail (sans fichier attaché) ou 50 pages web. Mieux vaut donc éviter le streaming vidéo.

Opérateur alternatif : c’est nouveau, ça vient de sortir

Une véritable nouveauté pour ce 1er juillet est le lancement d’une option de roaming alternatif (baptisée ARP ou LBO). Il est alors possible de conserver sa carte SIM et son numéro d’appel tout en étant facturé par l’opérateur du pays visité. Soit pour la téléphonie et le data, soit seulement pour le data. Une solution surtout intéressant pour l’échange de données. Encore faut-il que des opérateurs proposent cette option dans votre pays de destination. 

Les garde-fous imposés par l’Europe

Les opérateurs télécom ont plusieurs obligations lorsque vous traversez les frontières. Tout d’abord envoyer un SMS sur les tarifs qui seront pratiqués lors d’un passage de frontière intraeuropéen.

Ensuite bloquer les transferts de données au-delà de 50€ HTVA pour éviter le "Bill Choc" (la facture qui tue). Et vous prévenir par un SMS d’information lorsque ce montant de 50 euros est presque atteint (75% et 100%). Mais tout cela ne vaut que pour l’Europe.

2015 : sans doute la fin du roaming

Le règlement européen de 2007 qui imposait des réductions annuelle des tarifs jusqu’en 2014 arrivera à son terme le 1er juillet prochain

Neelie Kroes, la commissaire européenne chargée des nouvelles technologies et l’ancien Parlement de l’Union européen ont voulu frappé fort en décidant d’abolir purement et simplement le surcoût du "roaming". En avril, juste avant les élections, le Parlement européen a voté en faveur de la suppression de l’itinérance pour le 15 décembre 2015. Les bases sont posées et un accord définitif devrait être trouvé d'ici la fin de l'année.

L’Europe sera alors devenue un seul pays… mais seulement pour les télécoms.

Quelques trucs pour payer moins que le tarif maximum

En attendant, avant de partir en vacances, visitez le site de votre opérateur. Tous proposent des options pour payer -un peu- moins lorsque vous communiquez depuis l’étranger.

Belgacom, propose ce 1er juillet, 20 Mo de data, 20 minutes de téléphonie et 20 SMS pour 2 euros par jour en Europe et 5 euros par jour pour certains pays hors Europe (Turquie, USA, Tunisie…). Cela fonctionne pour les abonnement comme pour les cartes prépayées.

Chez Mobistar, même principe. Ici, vous profitez du tarif national à l’étranger pour 1 euro/jour. Cela vaut pour la téléphonie comme pour le forfait data.

Enfin, Base propose 500 Mo de données pour 15 euros à utiliser durant juillet et août dans toute l’Europe Ou encore 10 euros pour 150 minutes de téléphonie (appels entrants et sortants).

Jean-Claude Verset

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK