Tchéquie: grève massivement suivie dans les transports publics

La solitude du cycliste sur un quai de gare désert à Brno
La solitude du cycliste sur un quai de gare désert à Brno - © RADEK MICA

Les transports publics en République tchèque étaient fortement perturbés jeudi en raison d'une grève de 24 heures déclenchée par les syndicats en signe de protestation contre les réformes d'austérité prônées par le gouvernement, notamment celle du système des retraites.

Le transport ferroviaire s'est arrêté peu après minuit à travers tout le pays. Les transports en commun à Prague et dans d'autres grandes villes fonctionnaient avec un service très limité.

Les trois lignes du métro de Prague, qui transportent normalement quelque 1,6 million d'usagers par jour, étaient arrêtées, événement sans précédent depuis l'inauguration du premier tronçon en mai 1974.

Le trafic des autobus et tramways de Prague était assuré à environ 30% jeudi matin. "Ces chiffres vont changer pendant la journée", a affirmé à la presse l'adjoint au maire de Prague, Karel Brezina.

Le transport aérien n'était pas concerné par ce mouvement et l'aéroport international de Prague-Ruzyne fonctionnait normalement jeudi matin.

Une manifestation des syndicalistes était attendue vers 9 heures locales (08H00 GMT) à Prague. Elle devait être suivie d'une marche de plusieurs milliers de protestataires vers le ministère des Finances et le siège du gouvernement.

Environ 40 000 personnes avaient déjà protesté contre les réformes gouvernementales à Prague le 21 mai.

Installé en juillet 2010, le cabinet du Premier ministre Petr Necas (parti de droite ODS) est en train de présenter au Parlement ses projets de réformes destinées à assainir les finances publiques et à empêcher le pays de s'enfoncer dans l'endettement.

Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK