"Taxe Nutella": Ferrero ne changera pas la recette de sa pâte à tartiner

Le directeur général du Ferrero, le fabriquant de la pâte à tartiner Nutella, voit d'un mauvais œil l'instauration d'une "taxe Nutella". En effet, les autorités françaises projettent d'augmenter de 300% la taxe sur l'huile de palme. L'huile de palme, néfaste pour la santé et l'environnement, se retrouve dans une multitude d'aliments: chips, glaces, biscuits... et pâtes à tartiner. Nutella est l'exemple le plus cité, d'où le nom donné à cette taxe par nos voisins français.

Frédéric Thil refuse de servir de bouc émissaire. "On s’attaque à un produit fabriqué en France depuis cinquante ans qui est l’un des préférés des Français. Les répercussions sont catastrophiques alors que les arguments avancés sont injustes", explique-t-il dans Le Parisien. Le directeur général estime qu'aucune étude scientifique ne démontre la nocivité de l'huile de palme, huile la plus consommée au monde, préférée pour son faible coût de production.

Il l'affirme: "Même si cette taxe est votée, nous n’allons pas modifier notre recette. Nous allons l’expliquer à nos consommateurs. Nous allons aussi montrer les démarches que nous menons auprès de nos producteurs en Malaisie. (...) Notre objectif est d’avoir à l’horizon 2015 une production 100% durable en évitant notamment les problèmes de la déforestation".

Selon Le Parisien, si cette taxe devient réalité, le surcout à supporter serait de l'ordre de 300 euros la tonne. Le kilo de Nutella reviendrait donc 6 centimes d'euros plus cher. Frédéric Thil promet que Ferrero va trouver des solutions pour que les consommateurs et l'outil de production soient pénalisés le moins possible.

RTBF avec Le Parisien

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK