Succession des F-16: un bureau ouvre à Bruxelles pour promouvoir le Rafale

Succession des F-16: un bureau ouvre à Bruxelles pour promouvoir le Rafale
Succession des F-16: un bureau ouvre à Bruxelles pour promouvoir le Rafale - © HO - BELGAIMAGE

Le Groupement d'intérêt économique (GIE) Rafale, composé de Dassault Aviation, de Snecma et de Thales, qui vise à assurer la promotion de l'avion de combat français Rafale, inaugurera le 25 novembre un bureau de Bruxelles, alors que s'annonce une rude compétition pour le remplacement des chasseurs-bombardiers F-16 vieillissants au cours de la prochaine décennie - si les budgets sont disponibles -, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

Le Rafale est l'un des cinq candidats potentiels au remplacement du F-16, aux côtés du F-35 Lightning II du groupe américain Lockheed Martin, du F/A-18E/F Super Hornet de Boeing, du JAS-39E Gripen du suédois Saab et de l'Eurofighter du consortium européen éponyme.

Ces appareils sont chacun présentés par une agence étatique à laquelle la Défense a adressé début juin une demande d'information concernant des avions de combat existants et susceptibles de succéder aux F-16 dans le cadre du "Belgian Defence - Air Combat Capability (ACCap) Successor Program". Ces avions sont en service ou sur le point d'y entrer prochainement au sein des pays de l'Otan et/ou de l'Union européenne.

Ces agences devront fournir, d'ici la fin du mois de novembre, des données chiffrées et notamment indiquer combien d'appareils sont nécessaires selon elles pour assurer les missions demandées, en Belgique et à l'étranger, ainsi que l'entraînement au quotidien des pilotes.

Le GIE Rafale avait déjà, de manière similaire, ouvert un bureau à Athènes en 2008 pour promouvoir son avion de combat Rafale, présenté comme "omnirole", en Grèce. Mais ce pays avait décidé, en dépit de la crise financière, d'acheter une tranche supplémentaire de trente F-16 C/D dans leur version Advanced Block 52+.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK