Stocks importants et "optimisme modéré", les soldes débutent lentement mais sûrement

Comme chaque année à pareille époque, à peine terminée les festivités débutent les soldes.

Une période traditionnellement très attendue par la population, mais également par les commerçants. En effet, ceux-ci réalisent généralement une part importante de leur chiffre d'affaire pendant les soldes, généralement. Car depuis plusieurs années, une tendance s'installe, à la baisse. Reste à voir si cette année confirmera cette tendance.

De meilleurs ventes que l'année passé pour ce premier jour

Les soldes d'hiver ont démarré lentement mais sûrement, selon un premier sondage de Comeos publié samedi après-midi. Les ventes représentent toutefois 4% de plus que le premier jour des soldes l'an dernier selon Comeos. Un sondage de l'UCM confirme ces premières tendances. Il y a du monde, sans que ce ne soit pour autant la ruée.

Le fait de commencer un samedi explique sans doute ce bon démarrage. Selon l'UCM, 84 % des commerçants jugent d’ailleurs ce démarrage un jour plus tôt que d’habitude positif. D'après une enquête téléphonique du SNI auprès de 204 magasins de vêtements, de chaussures et d’articles de maroquinerie, il apparaît que le chiffre d’affaires a augmenté de 6% par rapport au premier jour des soldes 2015, qui tombait également un samedi et qui avait également enregistré une augmentation de 6% du chiffre d’affaires. À première vue, c’est très satisfaisant pour les commerçants après l’automne maussade pour le secteur, même si l’hirondelle ne fait pas le printemps.

D'avantage d'affluence dans l'après-midi
"Les consommateurs ont été nombreux à fêter la nouvelle année hier, si bien qu'il a fait calme dans les magasins ce matin. Il n'y a davantage d'affluence que depuis cet après-midi", précise la fédération du commerce et des services. Les soldes débutaient cette année un jour plus tôt que la date habituelle.

Les personnes qui achètent s'offrent de nombreux articles, constate encore Comeos. Il y a par ailleurs moins de monde à Bruxelles qu'en Flandre et en Wallonie ce samedi. La météo clémente a davantage attiré les clients dans les centres-villes que dans les centres commerciaux.

Parmi les articles populaires figurent les pulls et "grosses chaussures", que beaucoup de clients ont tardé à acheter vu la douceur de l'automne. Les manteaux chauds se vendent, eux, plus difficilement.

A noter que les magasins seront exceptionnellement ouverts ce dimanche 3 janvier.

Les stocks d'hiver devraient mieux s'écouler

La majorité des commerçants de Wallonie et Bruxelles tablent sur des ventes similaires aux années précédentes pour les soldes d'hiver débutant ce samedi 2 janvier, selon un sondage réalisé par l'UCM auprès de 289 commerçants.

Pour la moitié d'entre eux, les stocks sont plus importants que d'habitude. Une situation qui s'explique par des ventes mauvaises dues à une météo très peu hivernale mais également par l'alerte terroriste à Bruxelles. Dans le secteur du textile, plus des deux tiers des commerçants (68,1%) ont enregistré une baisse de leur chiffre d'affaires au cours des six derniers mois.

En outre, 84,7 % des commerçants interrogés jugent positif que les soldes d'hiver débutent cette année un jour plus tôt. La loi prévoit en effet que lorsque le premier jour des soldes tombe un dimanche, ceux-ci commencent un jour plus tôt que d'habitude, rappelle l'UCM.

Enfin, le sondage révèle que seulement 36,8% des commerçants estiment que la réglementation en matière de soldes et de réductions permet d'assurer une concurrence saine entre commerçants. Et à peine 28,2% estiment qu'elle est suffisamment respectée.

La question des pré-soldes déguisés

"La multiplication des offres conjointes pendant la période d'attente qui permet 'de facto' d'annoncer des réductions bien avant le démarrage des soldes est certainement en partie responsable de ces résultats", juge l'UCM, pour qui il "serait opportun" que le SPF Economie réalise une évaluation de l'intérêt pour les commerçants indépendants du maintien du système des présoldes (ou période d'attente).

De son côté, Comeos souligne également l'ampleur des stocks "vu la douceur de l'automne". Selon la fédération du commerce et des services, les soldes débuteront "par des réductions de -30 à même -70%".

Enfin, le syndicat des indépendants et des PME (SDI) confirme, à l'issue d'un "coup de sonde" auprès de commerçants, l'importance des stocks accumulés. Le SDI pointe par ailleurs, outre un contexte "peu propice pour bon nombre de commerçants", la "multiplication des offres conjointes en période de pré-soldes et les innombrables périodes de promotions" qui diminuent l'attente des consommateurs pour les soldes officiels.

Les soldes ne font plus l'unanimité auprès des commerçants

Selon un communiqué du SNI, le nombre de partisans des soldes a diminué dans le secteur ces cinq dernières années.

En 2010, 82% des magasins de vêtements et chaussures étaient totalement convaincus de l’utilité des deux périodes de soldes annuelles. Maintenant, ce nombre est passé à 68% selon une enquête réalisée par le SNI auprès de 441 magasins de vêtements, juste avant les soldes. Selon le SNI, cela a un lien avec les résultats décevants des soldes de ces dernières années.

"L’époque durant laquelle les soldes étaient synonymes de succès est révolue" constate Christine Mattheeuws, la présidente du SNI. "Les magasins de vêtements doivent donc, également pendant l’année, plus se tourner vers l’innovation et les nouvelles technologies".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK