Standard and Poor's se renforce pour éviter toute nouvelle bourde

Le siège de l'agence de notation Standard and Poor's à New York le 18 août 2011
Le siège de l'agence de notation Standard and Poor's à New York le 18 août 2011 - © Don Emmert

L'agence de notation Standard & Poor's, qui a annoncé par erreur jeudi que la France avait perdu sa note "AAA", a assuré vendredi qu'elle avait pris des mesures pour éviter de répéter une telle bourde, liée à une confusion de son système informatique.

Elle dit également coopérer avec les autorités qui ont lancé des enquêtes.

Dans un communiqué, S&P indique avoir "déterminé que le message erroné d'hier (jeudi) concernant une dégradation résultait d'une erreur technique totalement indépendante de la note souveraine de la France et a pris des mesures immédiates pour éviter une erreur similaire de se reproduire".

L'agence explique que l'erreur a été déclenchée par une réévaluation des risques liés aux secteurs bancaires des différents pays. Pour la France, ce critère a été changé à "Non disponible" et "le système a interprété par erreur cette modification comme une 'dégradation', ce qui a déclenché l'envoi d'un message à un nombre limité d'abonnés inscrits pour recevoir des alertes par courriel", a-t-elle expliqué.

"Standard & Poor's coopère avec les autorités compétentes pour leur fournir des informations complètes sur le sujet", est-il ajouté.

L'agence américaine, très influente sur les marchés, avait reconnu jeudi avoir annoncé à la suite d'une "erreur technique" qu'elle avait retiré à la France la note de solvabilité maximale "AAA". Cette bourde lui a attiré les foudres du gouvernement français et une enquête des autorités boursières du pays.

AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK