Sony maintient ses prévisions de bénéfice annuel

Le logo du fleuron nippon de l'électronique Sony à son siège à Tokyo le 29 juillet 2016
Le logo du fleuron nippon de l'électronique Sony à son siège à Tokyo le 29 juillet 2016 - © KAZUHIRO NOGI

Le fleuron nippon de l'électronique Sony a maintenu sa prévision de bénéfice net annuel malgré des résultats trimestriels pas forcément enthousiasmants, ce qui a été bien accueilli par les investisseurs.

Sony a fait état d'une diminution de 74% de son bénéfice net au 1er trimestre, mais cela était prévisible car le groupe avait encaissé un an plus tôt des gains exceptionnels relatifs à la cession de titres détenus dans son compatriote Olympus.

Entre avril et juin, Sony a dégagé un bénéfice net de 21,16 milliards de yens (183 millions d'euros au cours actuel) et un gain d'exploitation de 56,19 milliards (-42%), sur un chiffre d'affaires qui a baissé de 10,8% à 1613,2 milliards de yens.

Le groupe a blâmé entre autres des effets de changes, des méventes de smartphones et tablettes, ainsi que les répercussions d'une série de séismes dans le sud-ouest du Japon sur sa production de puces capteurs d'images (pour smartphones et appareils photo). Il a aussi déploré de moindres rentrées pour sa filiale financière.

Les solides performances de la division des jeux vidéo n'ont pas suffi à compenser, mais les investisseurs montrent plus de mansuétude à l'égard de Sony qu'envers son compatriote Panasonic dont les résultats sont en apparence assez similaires mais très mal accueillis ce lundi matin par le marché.

Pour l'ensemble de l'année d'avril 2016 à mars 2017, Sony a maintenu son estimation de bénéfice net à 80 milliards de yens et espère toujours un gain d'exploitation de 300 milliards de yens, mais son chiffre d'affaires devrait ne pas dépasser 7400 milliards de yens (au lieu de 7800 milliards précédemment attendus).

Sony avait déjà été en odeur de sainteté vendredi (+2,8%) après avoir annoncé la veille son intention de vendre son activité de batteries rechargeables lithium-ion à son compatriote Murata, un nouveau désengagement qui, s'il se concrétise, mettra fin à quatre décennies.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK