Bientôt des moteurs de recherche alternatifs à Google dans les smartphones Android

Bientôt des moteurs de recherche alternatifs à Google dans les smartphones Android
2 images
Bientôt des moteurs de recherche alternatifs à Google dans les smartphones Android - © Tous droits réservés

Dès mars 2020, Google va proposer aux utilisateurs européens de smartphones Android, de choisir un moteur de recherche par défaut, différent de Google Search. Le géant américain vient de publier la liste des choix possibles, qui varie en fonction des pays européens.

En Belgique, il s’agira d' Info.com, mais aussi de Duckduckgo, et Qwant (dont le patron vient de quitter la direction exécutive) – deux moteurs de recherche qui se targuent de ne pas collecter, et donc forcément de ne pas revendre les données de leurs utilisateurs.

Les suites de l’amende à 5 milliards de dollars

Cette nouveauté, la possibilité de choisir un moteur de recherche par défaut qui n’est pas celui de Google, c’est le résultat des actions entreprises par les Autorités européennes de la Concurrence : le constat, d’abord, que Google a bien mis en œuvre des pratiques illégales pour renforcer la position déjà ultra-dominante de son moteur de recherche, et une amende record, ensuite, de 5 milliards de dollars en juillet 2018 contre le géant numérique.

Des enchères contestées

Les moteurs de recherche "alternatifs" à Google n’ont pas été choisis pour leur popularité, mais parce qu’ils ont été les plus offrants.
Ce sont ceux qui au terme d’un processus d’enchères, ont promis de payer le plus à Google, par utilisateur engrangé. Vos recherches sur smartphone ne seront peut-être plus traquées, mais elles valent toujours de l’argent.

Et les critiques émises à l’encontre de Google vis-à-vis du procédé sont cinglantes : certes, Google doit céder un peu de terrain, mais sa position dominante lui permet tout de même de faire payer à d’autres acteurs, leur apparition sur un écran de choix de votre téléphone.

Ecosia, le moteur de recherche qui utilise ses bénéfices pour planter des arbres, a tout simplement boycotté cette vente aux enchères. Dans un communiqué son CEO et fondateur Christian Kroll a déclaré que le processus était "contraire à l’esprit de la décision de la Commission européenne de juillet 2018".

Le gagnant Duckduckgo

Le gagnant de ces enchères ? Pour BusinessInsider, il s’agit de Duckduckgo, moteur de recherche "de plus en plus populaire et axé sur la confidentialité", que Google répertorie comme alternative potentielle à son propre moteur dans tous les pays européens. A l’inverse, le moteur de recherche Bing, développé par Microsoft, n’apparaît comme choix possible que dans un pays : le Royaume-Uni.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK