Skipr, le planificateur multimodal qui veut vous faire gagner du temps dans vos trajets

La start-up bruxelloise Skipr et son application pour smartphones étaient au centre de la séquence "le Marché Matinal" ce lundi matin sur La Première.

Skipr, c’est un planificateur de trajets alternatifs à la voiture qui s’adresse en particulier aux entreprises et à leurs employés. Le but de l’app ? Répondre à cette question : comment aller le plus efficacement possible de son bureau à un rendez-vous à Liège, par exemple, ou bien tout simplement du domicile au travail.

Là où un planificateur classique conseillera de prendre soit la voiture, soit les transports en commun et indiquera le temps nécessaire pour le trajet, Skipr, lui va combiner les modes de transport. On parle de "planificateur multimodal".

Exemple de suggestion faite par Skipr pour un éventuel trajet vers Liège : aller jusqu’à la gare avec une trottinette partagée, puis prendre le train jusqu’à Liège et une fois arrivé là-bas, de prendre une voiture partagée ou bien le bus pour faire les derniers kilomètres.

Skipr propose aussi un système de facture unique à la fin du mois – donc de ne pas payer individuellement chaque ticket pour chaque moyen de transport, mais une facture globale. La gestion est plus pratique pour les entreprises s’il y a plusieurs employés qui utilisent le système. L’ambition de cette application, c’est d’être une plateforme unique de mobilité.

Le confinement a bouleversé les habitudes de mobilité des Belges. Et cela s’est ressenti pour Skipr. Les premières semaines, l’application a connu une forte chute de fréquentation.
Tout le défi, maintenant qu’on se déplace de nouveau presque normalement, c’est de préparer la rentrée pour que tous les travailleurs qui ne voudront plus prendre le train, les bus, les métros avant les vacances aient une solution.

Eviter que septembre soit "une catastrophe au niveau mobilité"

"La grande crainte qu’on a, c’est qu’en septembre les gens qui délaissent les transports publics se ruent vers leur voiture et n’aillent pas voir les alternatives, explique Mathieu de Lophem, le CEO de Skipr. Or notre application est exactement là pour ça. Pour montrer aux employés, aux indépendants, qu’il y a des alternatives parce que sinon septembre va vraiment être une catastrophe au niveau mobilité."

Cette entreprise et d’autres acteurs du secteur de la mobilité espèrent bien faire de cette crise une opportunité. Pour le moment en tout cas, les investisseurs y croient. Skipr vient de lever 7 millions d’euros. Et le patron est confiant parce qu’il sent que les mentalités changent dans les entreprises.

Selon Mathieu de Lophem, "ça montre vraiment que les entreprises savent qu’elles ont un rôle clé dans la mobilité de leurs employés, que les entreprises elles ne sont pas juste passives à attendre des nouvelles infrastructures ou des nouveaux cadres législatifs. La journée de travail ne commence pas à l’arrivée au bureau, mais commence au départ de chez soi, que le trajet domicile-travail fait partie intégrante de la journée de travail d’un employé et donc, elles doivent s’assurer que ce trajet soit confortable, rapide et peu onéreux".

Les embouteillages sont problématiques pour les entreprises, notamment dans les grandes villes à Bruxelles, Anvers. L’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) estime que les bouchons coûtent 4 milliards d’euros chaque année à l’économie belge.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK