Selon une étude, le Wallon a une certaine peur d'entreprendre

RTBF
RTBF - © RTBF

L'Agence de Stimulation Economique (ASE) a présenté vendredi à Liège les chiffres wallons de l'Etude GEM sur l'activité entrepreneuriale, en présence du ministre de l'Economie Jean-Claude Marcourt. Une telle étude n'avait plus été demandée au niveau wallon depuis 2005.

Le GEM (Global Entrepreneurship Monitor) est un projet de recherche international qui a pour but de mesurer annuellement l'activité entrepreneuriale dans de nombreux pays (56 en 2009). La Wallonie a participé à l'édition 2009 grâce au soutien de l'ASE. Sa participation précédente remontait à 2005.

Les résultats pour 2009 ne sont pas favorables à la Wallonie qui apparaît clairement dans le peloton de queue par rapport à la moyenne des économies européennes. Ainsi, des pays d'une taille comparable à la Belgique comme la Suisse ou les Pays-Bas présentent des taux d'activité entrepreneuriale (TAE) deux fois supérieurs à celui de la Wallonie.

Peloton de queue

Autre constat : le TAE belge a peu évolué depuis 2001. Ces chiffres soulignent la difficulté de faire évoluer l'entrepreneuriat au sein de l'économie wallonne. Ils tendent toutefois à démontrer que l'écart entre le niveau d'entrepreneuriat wallon et celui du reste du pays tend à se réduire.

Le GEM conclut que, malgré les nombreux efforts réalisés ces dernières années pour faire progresser l'entrepreneuriat en région wallonne, le taux d'entrepreneuriat wallon reste désespérément dans le peloton de queue des économies développées. En cause principalement, le fait que trop peu de Wallons semblent attirés par la voie entrepreneuriale. Il s'agirait donc davantage d' accroître l'envie d'entreprendre que d'aider ceux qui en ont envie.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK