Séisme au Japon: Toyota et Honda ont produit deux fois moins en avril

Vue prise le 14 mars 2011 d'une voiture de marque Toyota emportée par le tsunami, à Ofunato, dans la préfecture d'Iwate
2 images
Vue prise le 14 mars 2011 d'une voiture de marque Toyota emportée par le tsunami, à Ofunato, dans la préfecture d'Iwate - © Toshifumi Kitamura (archives AFP)

Les constructeurs d'automobiles nippons Toyota et Honda ont annoncé vendredi avoir produit deux fois moins de véhicules dans le monde en avril, par rapport à la même période de l'an passé, à cause d'une pénurie de pièces détachées consécutive au séisme du 11 mars au Japon.

Toyota, ex premier constructeur automobile mondial relégué à la troisième place par General Motors et Volkswagen au premier trimestre, a sorti de ses chaînes 346 297 unités, soit 48,1% de moins sur un an, en comptant ses filiales Daihatsu et Hino.

Son concurrent Honda n'a assemblé que 138 498 véhicules, 52,9% de moins que l'an passé à pareille époque.

Le troisième grand constructeur nippon, Nissan, a souffert aussi mais dans une moindre mesure, sa production n'étant réduite que de 22,4%, à 248 024 unités.

Ces groupes subissent une pénurie de pièces détachées depuis qu'un séisme de magnitude 9 et un tsunami géant ont endommagé de nombreuses usines de leurs fournisseurs dans le nord-est de l'archipel, notamment des fabricants de composants électroniques.

L'impact a été particulièrement dévastateur au Japon, où la production des usines d'assemblage a plongé, de près des trois quarts pour Toyota, plus de 80% pour Honda et près de la moitié pour Nissan.

A l'étranger, les constructeurs ont également dû réduire les cadences, leurs sites d'assemblage dépendant aussi de fournisseurs japonais, bien que de façon moins drastique.

Le retour à la normale ne devrait être que progressif

Toyota espère pouvoir produire 70% de sa production d'avant le désastre au mois de juin, avant de retrouver un rythme mensuel d'assemblage conforme à ses prévisions du début d'année en novembre ou décembre.

Plusieurs journaux nippons ont affirmé que le groupe accélérait sa reprise et serait capable de sortir 90% de sa production "normale" dès le mois de juin, une information démentie par Toyota.

Du côté de Nissan, détenu à quelque 45% par le français Renault, le PDG du groupe, Carlos Ghosn, a affirmé que le constructeur recommencerait "à produire pleinement et sans restriction partout dans le monde d'ici au mois d'octobre".


AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK