Secteur bancaire: la chute du nombre d'emplois est vertigineuse depuis 2000

BNP Paribas Fortis a annoncé ce vendredi la fermeture de 267 agences d'ici fin 2021, ce qui impliquera la suppression de nette de 2200 emplois. Cette annonce de pertes d'emplois et de fermeture d'agences n'est que la plus récente d'une longue série. ING Belgique est en pleine restructuration : 3150 équivalents temps plein seront supprimés d'ici 2021, des dizaines d'agences sont en cours de fermeture et plus de 500 agences Record Bank disparaissent. Plus de 200 filiales dAXA Banque pourraient prochainement fermer.

L'érosion de l'emploi dans le secteur bancaire est constant, et ce n'est pas lié à la crise de 2008, comme le montre notre tableau. Selon Febelfin, entre 2000 et 2017, on est passé de 82.600 personnes employées dans le secteur financier à 61.100 : cela représente 21.500 pertes d'emploi en 17 ans.

Nombre de personnes employées dans le secteur financier 2000-2017

Sur la même période, on est passé de 12.571 agences bancaires en 2000 à 5896 en 2017 : une diminution de 50%. Et ce mouvement va se poursuivre dans les prochaines années.

Nombre d'agences bancaires en Belgique 2000-2017

La "digitalisation" est souvent une des raisons mises en avant pour expliquer les pertes d'emplois et les fermetures d'agence. Le secteur financier évolue. En 2016, le bureau de consultance KPMG expliquait que, si les banques souhaitaient maintenir leur rentabilité, elles devaient réduire leurs coûts de 10% en 3 ans, ce qui signifierait une perte de 5000 emplois à temps plein jusque 2019.

Depuis des années, les banques belges ont incité leurs clients à réaliser leurs opérations eux-mêmes par phone banking, puis par internet et aujourd'hui via les applications bancaires. Les opérations en agences ont été rendues payantes, et les heures d'ouverture de ces agences ont été réduites.

Entre 2004 et 2017, le nombre d'abonnements à la banque par internet en Belgique est passé de 2,4 millions à 12,1 millions, selon Febelfin. Quant aux abonnements à la banque mobile (applications bancaires), ils sont passés de 100 000 en 2011 à 5,9 millions en 2017. Selon toute vraisemblance, ce mouvement va se poursuivre dans les prochaines années.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK