Sans changements, une nouvelle crise économique majeure sera difficile à éviter selon un expert

Dans son livre "La descente aux enfers de la finance", Georges Ugeux tire la sonnette d’alarme. La situation est grave et il faut agir. Prendre des mesures, maintenant. Pour l’ancien vice-président de la bourse de New-York, si le système ne change pas, une nouvelle crise financière sera difficile à éviter. 

A quoi exactement va ressembler cette crise et quelle en sera la cause exacte, Georges Ugeux ne le sait pas précisément. Mais ce dont il est sûr, c’est que si nous laissons les choses continuer comme c’est le cas actuellement, nous allons droit dans le mur. "Je ne sais pas où elle démarrera, mais elle va affecter un ensemble dans lequel les banques centrales, les gouvernements et les banques seront tout dans le système. C’est ce que j’appelle 'le triangle des Bermudes' qui va s’effondrer", explique l’expert de la finance au micro d’Au bout du jour.  Tout ne va cependant pas s’écrouler en même temps, ni de la même manière. Mais ce que craint (et prédit) Georges Gueux c’est un effet domino, un enchaînement de catastrophes qui vont faire un effet boule de neige : "La réalité c’est qu’on va voir nos actifs perdre de la valeur, les entreprises vont devoir réduire l’emploi, bref nous sommes sur une crise qui va être une crise économique majeure." Ce qu’il pointe également, c’est l’aveuglement des économistes par rapport à la situation. "Eux continuent de croire que l’économie fonctionne, et ils ne se rendent pas compte qu’en dessous de l’économie, il y a cette petite chose qu’on appelle la finance, et qui peut tout faire sauter", dit-il.  

L’ennemi à combattre : l’inaction

Le problème selon Georges Ugeux, est aussi dans le camp des décideurs politiques. Par manque de formation ou de connaissances, ils ne prennent pas le taureau par les cornes, dit-il. Pire, certains pourraient être tenu responsable en partie de l’hypothétique crise à venir. L’expert en finance pointe notamment la politique budgétaire menée par l’actuel locataire de la Maison-Blanche, mais il n’est pas le seul. "Le monde politique dit ‘je ne suis pas capable de vendre ça à l’électeur donc je ne peux pas le faire.’ Et donc on le fera en période de crise c’est-à-dire que ce sera beaucoup plus cher et bcp plus pénible. Comme en plus, le monde des entreprises feint d’ignorer complètement le problème et n’applique aucune pression sur les gouvernements de peur de perdre éventuellement des subsides, … Le courage d’agir surtout en période électoral est difficile".

Que devrait faire la Banque centrale européenne ?

Quels sont les maux dont souffre la finance mondiale ?

Quelles leçons du passé la finance et nos gouvernements auraient-ils dû tirer ?

Ecoutez les réponses de Georges Ugeux, ancien vice-président de la bourse de New-York, invité de l’émission Au bout du jour d’Eddy Caekelbergs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK