Salavatore Curaba: « bien-être au travail et performance, ça va ensemble »

Salvatore Curaba, CEO de EASI, meilleur employeur de Belgique
Salvatore Curaba, CEO de EASI, meilleur employeur de Belgique - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGAIMAGE

EASI est une entreprise qui propose des solutions informatiques. Basée à Nivelles, 220 travailleurs est pour la 5e année consécutive le meilleur employeur de Belgique. Elle est devenue un exemple, en Belgique, d’entreprise soucieuse de ses performances et en même temps du bien-être de ses employés. Son patron Salavatore Curaba est l’invité du Point de vue Eco pour nous expliquer la recette de sa réussite : « Dans notre monde, le travail est devenu tellement difficile au quotidien pour chaque travailleur qu’il me semble évident qu’il faut prendre soin de ses collaborateurs. Il faut mettre l’humain au centre et prendre le soin de répondre à des besoins simples de bien-être ».

Il ne suffit pas d’une Playstation dans la salle de repos

Le bien-être au travail, commence par des conditions de travail agréables, mais ce n’est pas l’essentiel pour Salvatore Curaba, « les gens ne vont pas rester chez nous parce qu’ils ont une salle de détente ou une Play Station pour leur pause. Ce n’est pas ça les seuls besoins ». Ce qui compte, pour ce patron, c’est la reconnaissance d’abord, « il faut se féliciter, se complimenter, se dire merci. Moi aussi en tant que chef, j’ai besoin de ça, tous les humains ont besoin de reconnaissance ». Autre besoin essentiel pour être bien au travail : la confiance, donner de l’autonomie.

Dans la structure de l’entreprise même, les travailleurs aussi sont au centre. Chaque employé à la possibilité de prendre des parts et ainsi devenir actionnaire : « Nous sommes une société participative. 50 des travailleurs ont des actions parce que je trouve que le succès d’une entreprise vient de ses travailleurs. Pourquoi, dès lors je devrais rester le seul propriétaire ? ».

Cela dit, le bien-être au travail est un chantier permanent, « nous ne sommes pas l’entreprise parfaite et n’avons pas de recette miracle, il y a aussi chez nous des problèmes ».

Bien-être = performance économique ?

Cette attention, ce temps, cette énergie consacrés au bien-être des travailleurs se font-il au détriment des performances de l’entreprise ? « Non, nous sommes extrêmement performants. Bien-être et performance, ça va ensemble. Quand je vois mes collaborateurs à la cafétéria, prendre un café, rigoler, discuter, je sais qu’ils vont retourner au travail et se donner à fond pour l’entreprise. Ça me paraît tellement évident que le bonheur rend les gens beaucoup plus efficaces ».

Mais ce n’est pas un calcul dans le chef de Salvatore Curaba, plutôt une démarche spontanée : « Je ne sais pas faire autrement, je ne sais pas travailler si ça n’a pas de sens. Moi-même je travaille pour être heureux et donc j’ai envie d’être entouré de personnes heureuses. C’est seulement dans un deuxième temps que j’ai réalisé ce qu’on faisait en ce sens dans l’entreprise et le conscientiser fait qu’aujourd’hui on va plus loin encore dans la démarche ».

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK