Sacs plastique: l'UCM et Aplsia déplorent la "cacophonie" entre entités

Les deux organisations réclament une entrée en vigueur progressive pour permettre aux commerçants de s'adapter.
Les deux organisations réclament une entrée en vigueur progressive pour permettre aux commerçants de s'adapter. - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

L'Union des Classes moyennes (UCM) et l'Association professionnelle de libre-service en alimentation (Aplsia) déplorent, ce mardi dans un communiqué, la "cacophonie entre le fédéral et les Régions" sur l'utilisation des sacs plastique en magasin.

La ministre de l'Environnement Marie-Christine Marghem (MR) a indiqué lundi vouloir les rendre payants tandis que le Parlement wallon doit se pencher sur la question de l'interdiction mercredi. UCM et Aplsia regrettent qu'il n'y ait eu aucune concertation entre les deux entités.

Pour rappel, une directive européenne demande aux États-membres de prendre des mesures pour limiter l'usage des sacs plastique légers avant le 27 novembre 2016.

Le projet de décret wallon "particulièrement imbuvable"

Si le gouvernement veut rendre le prix des sacs plastique dissuasifs, les Régions sont dans une autre logique, indiquent UCM et Aplsia. "À Bruxelles, les sacs plastique de caisse à usage unique devraient être interdits le 1er septembre 2017 et les autres types de sacs (très légers) le 1er septembre 2018. En Wallonie, un projet de décret est ce mercredi à l'ordre du jour de la séance plénière du parlement. Il prévoit une interdiction en décembre 2016 pour les sacs de caisse et en mars 2017 pour les autres sacs", résument-elles.

Toutes deux estiment le projet de décret wallon "particulièrement imbuvable", car "le délai avant l'interdiction devrait être, comme à Bruxelles, plus long".

Le dossier ayant de "sérieux impacts" sur les commerçants, les deux organisations estiment qu'une entrée en vigueur progressive permettrait de donner "aux commerçants et aux clients le temps de s'adapter".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK