Ryanair: les syndicats menacent d'organiser la plus grande grève de l'histoire de la compagnie fin septembre

Plusieurs syndicats européens représentant les membres d'équipage de Ryanair se réunissaient ce vendredi à Rome. Deux organisations de pilotes seront étaient présentes. Leur but est d'évaluer l'impact des actions de grève entreprises cet été et d'envisager la suite des événements, explique Didier Lebbe, secrétaire permanent de la CNE. 

Le personnel de cabine de la compagnie aérienne Ryanair devrait à nouveau mener un mouvement de grève dans plusieurs pays fin septembre. Des syndicats européens représentant les membres d'équipage sont réunis à Rome ce vendredi et envisagent un arrêt de travail durant deux jours, selon l'organisation portugaise SNPVAC. Une décision formelle est attendue dans l'après-midi.

Le personnel de cabine avait déjà déclenché une grève fin juillet en Belgique, en Italie, en Espagne et au Portugal. Le nouveau mouvement devrait concerner les mêmes pays et peut-être les Pays-Bas également.

La compagnie à bas coûts fait face au mécontentement de son personnel dans plusieurs pays. Les différents syndicats européens s'étaient déjà réunis à Lisbonne puis à Madrid au printemps. Ce qui avait finalement débouché sur un arrêt de travail de deux jours du personnel de cabine en Belgique, en Italie, en Espagne et au Portugal.

Une grève des pilotes de Ryanair avait ensuite touché la Belgique, la Suède, l'Irlande, l'Allemagne et les Pays-Bas deux semaines plus tard, affectant près de 55.000 passagers

Dans ces différents pays, les syndicats et organisations de pilotes demandent l'application des différents droits nationaux sur le travail et non la seule législation irlandaise en la matière.

Depuis lors, la compagnie a seulement indiqué qu'elle entendait poursuivre les discussions relatives à la reconnaissance des syndicats au cours des prochaines semaines et des prochains mois.

Si les pontes de l'entreprise irlandaise refusent d'accéder à leurs demandes, cela pourrait aboutir à la grève la plus importante de l'histoire de la compagnie, avaient prévenu les syndicats.

"On se dirige vers une grève du personnel de cabine fin septembre"

"On se dirige vers une grève du personnel de cabine fin septembre. Et peut-être vers une 2e de la part des pilotes", prévient déjà Didier Lebbe. Pour le syndicaliste de la CNE, seule organisation belge à être présente à Rome, le but de la réunion est également de "taper sur le clou pour répéter que les autorités politiques ne font rien" dans ce dossier.

Le secrétaire permanent s'en prend ainsi à la Commission européenne, qui avait rappelé début août que le droit belge s'appliquait aux salariés de Ryanair basés en Belgique. L'exécutif européen ne prend cependant pas de mesures pour faire appliquer les réglementations existantes à la compagnie, déplore-t-il.

Le ministre de l'Economie et des Consommateurs Kris Peeters (CD&V) est également dans le collimateur du syndicaliste. "Il joue le jeu de Ryanair et gagne du temps! Il ne parle que du superflu. Nous nous occupons de négocier avec la direction, qu'il se charge de faire appliquer les lois!", assène-t-il.

La réunion syndicale à Rome doit débuter vers 10h30. On n'en attend pas de nouvelles avant la mi-journée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK