Ryanair annonce l'annulation de 190 vols en raison de la grève de vendredi

Une image du 12 septembre dernier à Francfort lors de la grève du personnel allemand de Ryanair.
Une image du 12 septembre dernier à Francfort lors de la grève du personnel allemand de Ryanair. - © Silas Stein - BELGAIMAGE

La compagnie aérienne à bas coûts Ryanair a annoncé, mardi, en raison de la grève européenne du personnel de cabine et de pilotes de plusieurs pays européens prévue vendredi, l'annulation de 190 vols un peu partout en Europe.

La grève du 28 septembre est une initiative du personnel de cabine de cinq pays: la Belgique, l'Italie, les Pays-Bas, l'Espagne et le Portugal. La semaine passée, les pilotes opérant en Belgique ont aussi lancé un appel à la grève. Ils ont été rejoints mardi par leurs collègues néerlandais. 

Les syndicats réclament de meilleures conditions de travail et l'emploi de chaque salarié via un contrat relevant de son pays de résidence - alors que Ryanair emploie une bonne part de son personnel via des contrats de droit irlandais.

Les 190 vols représenteraient 8% du total des vols (2400 vols) prévus le 28 septembre, selon Ryanair.

Environ 30.000 passagers (sur 450.000) sont concernés par ces annulations. On ne sait pas encore combien de passagers seront touchés en Belgique. Tous ces passagers concernés par les annulations ont été prévenus par e-mails ou SMS ce mardi matin, indique la compagnie.

Communiqué de la compagnie low cost

"Ryanair s'excuse auprès des 30.000 clients (sur 450.000) qui devraient être affectés par ces perturbations injustifiées vendredi 28 septembre", a expliqué dans un communiqué l'entreprise irlandaise qui a rejeté la responsabilité de ces annulations sur "une infime minorité du personnel de cabine en Espagne, en Belgique, aux Pays-Bas, au Portugal, en Italie et en Allemagne".

"Ces grèves répétées et inutiles nuisent aux activités de Ryanair et à la confiance de nos clients", a déclaré Kenny Jacob, directeur marketing chez Ryanair. "Si l'on peut conclure des accords avec les syndicats en Irlande, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Italie pourquoi certains syndicats en Belgique, Pays-Bas et Espagne ne font pas pareil ? ".

La compagnie laisse entendre ainsi qu'elle pourrait réduire l'ampleur de son développement dans les mois à venir. La direction de Ryanair a déjà menacé de représailles directes sur l'emploi les syndicats qui appelaient à la grève, par exemple en Irlande mais aussi en Allemagne.

Indications de Test-Achats 

Par ailleurs, les passagers qui seront touchés par ces annulations sont invités à se signaler auprès de Test-Achats pour faire respecter leur droit à l'indemnisation, avait indiqué l'organisation de défense des consommateurs le 14 septembre dernier.

Les doutes des investisseurs

Si la compagnie ne supprime que 190 vols vendredi, le mouvement pourrait alors donner des signes d'essoufflement.

Cet été, la compagnie a subi deux vastes mouvements d'arrêt du travail de ses employés coordonnés dans plusieurs pays européens: chez les personnels de cabine fin juillet (600 vols annulés et 100.000 passagers touchés) puis chez les pilotes au coeur du mois d'août (400 vols annulés et 55.000 passagers touchés).

La compagnie a toutefois conclu plusieurs accords sociaux avec des syndicats dernièrement, notamment au Royaume-Uni et en Irlande, acceptant des augmentations de salaires et des améliorations des conditions de travail. Mardi, elle a signé un accord avec trois syndicats du personnel navigant en Italie - mais d'autres représentants de salariés continuent néanmoins d'appeler à la grève dans ce pays vendredi.

Les turbulences sociales chez Ryanair ont quelque peu atteint aussi la confiance des investisseurs et le cours de l'action de la compagnie a décroché de 20% depuis un an à la Bourse de Dublin.

Jeudi dernier, le président de la compagnie, David Bonderman, a subi un véritable camouflet lors d'une assemblée générale des actionnaires: une minorité de presque 30% s'est opposée à sa réélection au conseil d'administration, un taux remarquablement élevé dans l'univers feutré de ce genre de conclave.

Le directeur général de la compagnie, Michael O'Leary, a en revanche été réélu très confortablement, avec 98,5% des suffrages. Ce personnage volontiers provocateur, indissociable du succès de Ryanair depuis presque 25 ans, a toutefois laissé entendre qu'il pourrait ne pas renouveler son contrat pour cinq ans quand celui-ci viendra à échéance en 2019

archive : JT 20/09/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK