RTL Belgique passe à 100% aux mains de RTL Group au Luxembourg

RTL Belgique passe à 100% aux mains de RTL Group au Luxembourg
RTL Belgique passe à 100% aux mains de RTL Group au Luxembourg - © DIRK WAEM - BELGA

C’est un gros mouvement dans le paysage économique des médias belges, RTL Belgique passe à 100% aux mains de sa maison mère luxembourgeois, RTL Group. Jusqu’à présent, la filiale belge, RTL Belgique, qui diffuse les 3 chaînes de télévision RTL-TVI, Club-RTL et Plug-RTL, était déjà détenue à 66% par RTL Group et par ailleurs à 34% par plusieurs acteurs médiatiques belges : Rossel (Le Soir, Sud Presse…), IPM (La Libre Belgique, La DH…) et Mediahuis. Ils ont tous les trois revendu leurs parts. La voie est libre pour une revente ou une fusion de RTL Belgique avec une autre filiale du groupe.

Que va devenir RTL Belgique ?

RTL Group a désormais les coudées franches et se retrouve seul à la barre de la filiale belge. Or, cette filiale belge ne va pas bien et son avenir préoccupe sa maison mère. C’est notamment sous la pression de RTL Group que RTL Belgique s’est engagée dans un vaste plan de restructuration pour renouer avec la rentabilité demandée par le propriétaire de RTL Group, le groupe allemand Bertelsmann.

Pourquoi, dès lors, RTL Group veut piloter seule ? "Cette opération s’inscrit dans le cadre de notre stratégie visant à consolider notre présence dans le domaine de la radiodiffusion en Europe, partout où des opportunités intéressantes se présentent explique Elmar Heggen, directeur de RTL Group. Nous continuerons à investir dans RTL Belgium et à accélérer la transformation de l’entreprise, notamment par le biais de services de streaming, de technologie publicitaire et de données".

La maison mère promet donc des investissements, or en coulisse, il se dit plutôt qu’une filiale belge à la peine dans un marché si petit que la Belgique francophone, ce n’est pas rationnel aux yeux de son propriétaire. "Ça coûte trop cher de faire de la télévision, trois chaînes en plus, sur un si petit marché. Ça fait longtemps que RTL Group veut donner un autre statut à RTL Belgique" rappelle Frédéric Antoine, Professeur émérite en communication à l’UCLouvain. Quel statut ? C’est la question qui se pose dans les couloirs de RTL en Belgique aujourd’hui : que va faire la maison mère maintenant qu’elle fait ce qu’elle veut ?

Devenir "M6 Belgique"

Un scénario probable est d’intégrer RTL Belgique à une autre structure du groupe pour faire des économies d’échelle. Un rapprochement avec M6, une autre filiale de RTL, a déjà été évoqué et semble le scénario le plus probable. "RTL Belgique acquiert déjà beaucoup de programmes de M6, explique Frédéric Antoine. Plutôt que de s’acheter des programmes au sein du même groupe, RTL pourrait intégrer M6, à l’image de ce qui se fait déjà en Suisse. C’est l’hypothèse la plus rentable économiquement, de faire de RTL Belgique une filiale de M6. On en finirait avec ces structures indépendantes dans de petits sous-marchés, dans une volonté de rationalisation".

Les trois actionnaires belges qui viennent de vendre leurs parts, semblent d’ailleurs accréditer ce scénario : "Nous sommes conscients que dans le contexte actuel de transformation numérique des médias, qui accélère l’émergence de nouveaux usages, il est crucial pour un acteur de la taille de RTL Group, de chercher à développer toutes les collaborations industrielles appropriées entre ses différentes sociétés filiales. Ce que la configuration actionnariale actuelle ne facilite pas."

Vraisemblablement, dans ce scénario, l’essentiel de la production diffusée en Belgique viendrait de M6 en France avec encore l’une ou l’autre cases spécifiquement belges, ainsi que la publicité. Le scénario pourrait être le même en radio. Bel RTL, diffuse ou coproduit déjà des programmes de la radio RTL France.

Une vente complète de RTL Belgique ?

Un autre scénario serait la vente pure et simple de RTL Belgique. Maintenant que RTL Group la détient à 100%, il semble plus simple de la vendre, en entier. Le scénario est moins probable, parce qu’il faudrait trouver un candidat à cette reprise. Or la société ne semble pas porteuse, dans un marché saturé. Le retour sur investissement en termes de revenus publicitaires n’est pas évident.

Le Groupe Rossel avait déjà manifesté son intérêt, dans un souci de diversification, par le passé. En revendant les parts de RTL Belgique qu’il détenait, Rossel ne semble plus intéressé. "Je crois qu’il est plus rentable pour Rossel de se diversifier en France, comme c’est la stratégie pour l’instant, qu’en Belgique. Ce n’est pas l’ambition de Rossel aujourd’hui d’investir dans un secteur audiovisuel où il est très peu présent. Sauf si c’était pour tout changer et faire entrer RTL Belgique dans l’ère digitale, mais ça, c’est une révolution que RTL entame à peine".

Si ce changement d’actionnariat ne change rien à court terme pour le téléspectateur, ça devrait être le cas en fonction de la tournure que prennent les choses et des projets que RTL Group réserve à sa filiale belge.

Licenciemens chez RTL: archives JT du 12/03/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK