Réunion de conciliation chez Brussels Airlines: sans accord, les négociations reprennent mercredi

Les négociations entre les représentants des pilotes de Brussels Airlines, qui ont décidé d'arrêter le travail ces lundi et mercredi, et la direction de la compagnie aérienne ont été suspendues lundi peu avant 20h sans accord entre les deux parties. Elles devraient reprendre mercredi, a-t-on appris auprès des syndicats.

Plusieurs propositions et contrepropositions ont été déposées sur la table mais aucune ne semble parvenir à satisfaire la direction ou les représentants des pilotes. La direction propose d'augmenter les salaires des pilotes en fonction des bénéfices de l'entreprise. Elle est également relativement ouverte à ce que, pour les vols européens, les pilotes travaillent 6 jours suivis de 4 jours de repos plutôt que 7 suivis de 3 jours de repos.

Néanmoins les syndicats restent sceptiques et trouvent que les propositions de la direction sont faibles. S'il n'y a pas d'accord mercredi, la grève se poursuivra non pas jeudi et vendredi mais la semaine suivante.

La réunion avait débuté ce lundi matin sur le coup de 9h15, au siège de l'entreprise, à Diegem. De nombreux pilotes grévistes étaient présents devant le bâtiment afin de manifester leur désaccord avec les propositions qu'ils ont reçues jusqu'à présent.

Que veulent les pilotes ? 

De nombreux pilotes ont fait le déplacement jusqu'au siège de la compagnie. Selon les personnes interrogées (et cela malgré l'interdiction de la direction de s'exprimer à la presse sous peine de sanctions), ces pilotes nous ont déclaré souhaiter un meilleur équilibre entre travail et vie privée. Les pilotes prestent jusqu'à 14-15h d'affilées avec des temps de récupération qu'ils estiment insuffisants. Pour y remédier, ils demandent l'engagement d'une trentaine de pilotes supplémentaires. 

Autre demande : une revalorisation salariale. Certains pilotes que nous avons rencontrés nous disent qu'ils gagnent deux fois moins que leurs collègues d'Air France. 

L'âge de départ à la pension est encore une autre revendication : "Jusqu'en 2012, le personnel naviguant bénéficait d'un système de pension particulier
qui permettait, entre autres, aux pilotes de partir à la pension dès l'âge de 55 ans"
, explique Christophe Verleye, vice-president de la Belgian cockpit association. "Après l'abolition du système, les pilotes sont retombés dans le système général. C'est à dire la pension à 65 ans pour l'instant. Bientôt 66, plus tard, 67. La demande des pilotes serait de mettre sur pied un système de nouveau, comme avant 2012, autofinancé par le secteur. C'est à dire que chaque employé, chaque compagnie verse dans un fonds particulier propre au secteur aérien afin que nous puissions partir avant l'âge de la pension en cas de problème soit médical soit de perte de compétences cognitives"

75% des vols de Brussels airlines touchés

La grève des pilotes occasionnera bien l'annulation de 75% des vols de Brussels airlines lundi, a confirmé la porte-parole de la compagnie belge. De nombreux vols SN étaient en effet  teintés de rouge sur le site internet de Brussels airport, et ce jusqu'en fin de journée.

"25% des vols sont opérés. A Brussels airport la situation était très calme ce matin", a encore souligné Wencke Lemmes.

Au total, plus de 60.000 passagers sont concernés par les potentielles annulations de près de 600 vols sur les deux jours. La grève pourrait coûter jusqu'à 10 millions d'euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK