Reprise de Neckermann: les patrons belges et Wamos détaillent le programme

Le voyagiste espagnol Wamos a donc décidé de reprendre le réseau d’agences de Neckermann/Thomas Cook en Belgique. 62 agences sur 91 rouvriront le 21 octobre prochain. Sur les 29 agences qui resteront fermées, 28 sont situées en Flandre, là où il y avait une plus grande densité d’agences avec parfois deux agences dans le même quartier. En revanche, à Bruxelles, toutes les agences rouvriront. En Wallonie, seule une agence gardera ses portes fermées.

Ce sont d’anciens dirigeants de Neckermann en Belgique qui piloteront désormais le réseau d’agences belges. Ce sont eux qui ont été en contact, après la faillite de Thomas Cook, avec les repreneurs espagnols et qui sont parvenus à convaincre les curateurs qu’il y avait une possibilité sérieuse de relancer les activités en Belgique.

Un deal conclu rapidement

L’opération de reprise par Wamos s’est décidée rapidement. Les dirigeants belges et les patrons espagnols de Wamos ont tout bouclé à distance et se sont rencontrés physiquement ce vendredi, pour la première fois, sur le sol belge.

" Cela a été très vite ", explique le nouveau directeur général, Laurent Allardin, "parce qu’il fallait aller vite, car l’enseigne perdait de la valeur chaque jour. C’est une enseigne en laquelle je crois beaucoup car elle a une valeur ajoutée énorme avec du personnel hyperqualifié ".

Les agences qui rouvriront le 21 octobre porteront le nom de Neckermann : " C’est une marque très proche des gens et qui a été épargnée par la tornade Thomas Cook. Elle est bien positionnée sur le marché belge. On va capitaliser là-dessus ", poursuit Laurent Allardin.

Neckermann commercialisera les voyages des autres

Dans un premier temps, Neckermann commercialisera essentiellement des produits d’autres spécialistes des vacances et du voyage : Club Med, Corendon, Pégase, etc. " Les produits vont être différents. Auparavant, on vendait beaucoup de produits de notre propre tour-opérateur, de notre propre opérateur de vacances (ndlr Thomas Cook). Maintenant, on va offrir des vacances de tour-opérateurs " tiers ". Et donc, notre client va s’y retrouver car l’offre sera plus large qu’auparavant ", explique Laurent Allardin. Mais dans l’immédiat, les clients ne trouveront plus le célèbre "catalogue Neckermann " à dominante jaune, avec ses offres d’hôtels et clubs et voyages all-inclusive, par exemple.

Wamos, le groupe de voyage espagnol qui rend possible cette reprise des activités de Neckermann en Belgique est un groupe relativement jeune. Il est né en 2014. En 5 ans, il a connu le succès et a grandi. Il s’est spécialisé dans les vacances dans les Caraïbes et les circuits en Europe. L’acquisition de Neckermann offre une possibilité d’extension et de diversification : " En acquérant Neckermann, nous franchissons une étape supplémentaire pour devenir un acteur majeur en Europe ", explique Rafael Garcia Garrido, directeur de Wamos. " Le plus important pour nous, c’est de travailler à la continuité de l’histoire de Neckermann. L’Espagne est une destination " top " pour les Belges qui y vont en vacances. Cela donne une chance unique de regarder l’Espagne de façon positive ", poursuit M. Garcia Garrido.

Pour le moment, il n’est pas prévu que les agences Neckermann belge distribuent les produits commercialisés par Wamos. Ce n’est pas exclu pour l’avenir, car le but de cet accord entre Belges et Espagnols et de mettre en place des synergies.

" Avec le background de Wamos dans le tourisme, nous pouvons voir l’avenir avec sérénité et continuer à travailler pour nos clients avec la qualité qui nous est connue ", se réjouit Laurent Allardin, le directeur général de Neckermann et de Wamos Benelux.

Suspens quant aux collaborations avec Brussels Airlines

La nouvelle direction de Neckermann cherchera aussi de nouveaux partenaires pour étoffer son offre de produits de vacances et de voyage. Elle examinera aussi comment il sera possible de reprendre les collaborations qui existaient avant la faillite. C’est le cas, par exemple, du partenariat avec Brussels Airlines. La compagnie aérienne belge était devenue le principal transporteur de Thomas Cook/Neckermann en Belgique. "C’est vrai qu’on avait une très forte collaboration avec Brussels Airlines. A court terme, on doit regarder tout cela. C’est vrai qu’entre les deux sociétés, cela a été très proche. Notre business model va changer. On vient de redémarrer. On va tout " restarter ", et voir avec les différents partenaires ce qu’on peut faire, mais c’est clair que Brussels Airlines est un partenaire pour nous ", explique Laurent Allardin.

Quant aux montants financiers en jeu dans cette opération, tant le patron espagnol que son collègue belge sont restés discrets.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK