Rentrer dans l'eurozone reste un objectif pour la Lituanie, en 2014

Vilnius espère intégrer l'eurozone en 2014
Vilnius espère intégrer l'eurozone en 2014 - © AFP / PETRAS MALUKAS

La Lituanie veut toujours rejoindre la zone euro en 2014 mais espère que celle-ci sera alors "dans un meilleur état qu'aujourd'hui", a déclaré dans un entretien publié en Allemagne jeudi son Premier ministre Andrius Kubilius.

"Nous visons une intégration à la zone euro en 2014 et espérons qu'elle sera alors dans un meilleur état qu'aujourd'hui", a dit Andrius Kubilius au quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ).

La Lituanie et la Lettonie voisine sont les pays les plus avancés dans le processus d'adoption de la monnaie unique, parmi les huit pays de l'UE qui se sont engagés dans cette voie, selon le rapport de convergence présenté mercredi par la Banque centrale européenne (BCE). Comme les sept autres, elle ne remplit toutefois pas encore tous les critères du pacte de stabilité.

Début janvier pourtant, la présidente de la Lituanie, Dalia Grybauskaite, avait jugé "peu réaliste" une adhésion de son pays à l'euro.

D'autres pays, comme la Tchéquie pourtant candidate à l'entrée dans l'eurozone, ont pour le moment gelé leurs ambitions, estimant que les difficultés dans la zone euro sont trop importantes et peu propices à leur intégration à la monnaie unique.

Dans le camp allemand

Dans le débat qui agite l'Europe sur les moyens de sortir de la crise, Andrius Kubilius s'est clairement rangé derrière l'Allemagne et la chancelière Angela Merkel, estimant qu'il était "faux de voir la croissance et le redressement (des finances publiques) comme une contradiction".

Il a jugé que "la rhétorique" avait certes un peu changé en Europe ces dernières semaines, mais qu'au final "personne ne (pouvait) se soustraire à la nécessité primordiale de redresser les finances publiques".

La Lituanie a, à l'instar des autres Etats baltes, mené ces dernières années une sévère cure d'austérité et drastiquement réduit son déficit public.

T.N. avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK