Renault: graves dysfonctionnements selon le rapport d'audit

L'ombre des visiteurs du Salon automobile de Genève près du stand Renault le 2 mars 2011.
L'ombre des visiteurs du Salon automobile de Genève près du stand Renault le 2 mars 2011. - © Fabrice Coffrini (AFP)

Le rapport d'audit réalisé par Renault à la suite de la rocambolesque fausse affaire d'espionnage qui a secoué le groupe pointe "visiblement" de "graves dysfonctionnements" au sein du management du groupe et nomme des coupables, a affirmé ce lundi le ministre de l'Industrie, Eric Besson.

"Visiblement, le rapport d'audit dit +il y a eu des dysfonctionnements graves dont il faut tirer les leçons+, et nous pensons effectivement qu'il faut tirer les leçons de ces dysfonctionnements graves", a affirmé Eric Besson sur LCI.

Interrogé sur l'identité des responsables chez Renault de ce fiasco, il a précisé que ceux-ci étaient pointés du doigt dans le rapport. "Ils sont nommés dans le rapport d'audit, ça n'est pas à moi de le révéler", a-t-il indiqué.

Quant à l'éventuelle démission du PDG de Renault, Carlos Ghosn, Eric Besson a estimé qu'il revenait au conseil d'administration du groupe de trancher.

"Je considère que c'est au conseil d'administration de tirer les leçons", a-t-il déclaré. "Il va y avoir un conseil d'administration, et je comprends que le président de Renault veut tirer les leçons de cette affaire en proposant un certain nombre d'initiatives et de réorganisations au sein de son management", a-t-il indiqué.

Cette affaire "révèle un système de management et une façon de gouverner qui ne peut plus se perpétuer", a-t-il asséné.

AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK