Renault: Carlos Ghosn satisfait de l'adhésion à l'accord de compétitivité

Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, au Forum économique d'Aix-en-Provence le 6 juillet 2013
Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, au Forum économique d'Aix-en-Provence le 6 juillet 2013 - © Franck Pennant

L'accord de compétitivité au sein de Renault, contre lequel la CGT a lancé un recours judiciaire vendredi, "fait l'objet d'une adhésion très forte" des salariés du constructeur automobile français, a défendu samedi son patron Carlos Ghosn. Renault s'attend par ailleurs à "plusieurs années de stabilité au mieux".

"L'accord de compétitivité et tout ce qui tourne autour fait l'objet d'une adhésion très très forte au sein de l'ensemble du personnel de Renault et du management de Renault", a déclaré Carlos Ghosn à des journalistes.

"Je pense que c'est quelque chose qui répond aux besoins de l'entreprise , qui est supporté par le gouvernement et qui répond aux désirs de l'immense majorité des employés", a -t-il ajouté, en marge des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence.

Le PDG de Renault était interrogé sur le recours lancé par la CGT contre l'accord qui vise à augmenter la production du groupe sur ses sites français, en contrepartie de suppressions de postes et d'une série d'efforts des salariés dont un gel des salaires en 2013.

La fédération CGT de la métallurgie a contesté vendredi devant le tribunal de grande instance de Nanterre cet accord conclu le 13 mars, estimant qu'il ne pouvait se substituer aux accords sur le temps de travail précédemment négociés et signés dans les différentes entreprises et établissements du groupe.

Le juge des référés du TGI de Nanterre a mis sa décision en délibéré au 26 juillet, a indiqué le syndicat.

La fédération CGT a également assigné les fédérations de la métallurgie CFDT, FO et la CFE-CGC, toutes trois signataires de l'accord.

Renault et Nissan ont vendu 100 000 véhicules électriques

Dans le même temps, Renault et son partenaire japonais Nissan ont déclaré qu'ils avaient vendu à la fin juin 100 000 véhicules électriques au total. Carlos Ghosn, le président des deux constructeurs a ajouté lors des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence qu'il ne prévoyait pas "de reprise forte en Europe pour l'automobile à moyen terme." "Je suis en train de préparer Renault à plusieurs années, au mieux, de stabilité du marché", a-t-il expliqué.

Carlos Ghosn, dont le groupe a beaucoup plus investi que les autres dans les véhicules électriques et hybrides, a ajouté : "Ce n'est pas un pari, c'est une certitude".

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK