Réguler l'économie collaborative, oui, mais comment ?

Réguler l'économie collaborative, oui, mais comment ?
Réguler l'économie collaborative, oui, mais comment ? - © Tous droits réservés

L'économie collaborative est plurielle. On en connait les principaux noms : Uber, Airbnb, Deliveroo... Mais les acteurs se multiplient, et son chiffre d'affaires, autour des 100 millions aujourd'hui, devrait être multiplié par 5 d'ici 2020.

C'est une mutation structurelle qui s'annonce. Il s'agit donc de réguler ce secteur. Le ministre fédéral Alexander De Croo a récemment introduit une première réponse : ceux qui prestent occasionnellement sur ce genre de plateforme, et qui ne dépassent pas les 5100 euros par an, ne sont taxés qu'à hauteur de 10%.

Première réponse, oui, mais il faut aller bien plus loin. Et tenir compte des spécificités des différents acteurs.

C'est ce que nous disent nos invités : Christophe Wambersie, secrétaire général du SNI, le Syndicat Neutre pour Indépendants, et Jonathan Schockaert, patron et confondateur de la plateforme Listminut, qui met en rapport des prestataires de services (jardinage, bricolage ou baby sitting par exemple) et des clients. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir