Le roi Philippe visite l'Agence Spatiale Européenne: un site à la pointe

Construit en 1968, ce site de l'ASE compte aujourd’hui une cinquantaine d'antennes paraboliques, placées dans un écrin de verdure. Cette infrastructure permet une communication avec l'espace. Ici, le personnel se relaie 24h sur 24 pour assurer une connexion permanente avec les satellites européens envoyés à des centaines de kilomètres de la terre.

Premier grand chantier du centre : PROBA. Ce sont trois satellites, belges à 95%, qu'il faut surveiller. Ils permettent de collecter un grand nombre d'informations. PROBA 1, PROBA 2, PROBA V ont chacun une fonction bien précise : "PROBA 1" est un satellite d'observation de la terre à haute résolution. "PROBA 2" se consacre entièrement au soleil et prend des images en ultraviolets. "PROBA V" offre une couverture globale de la végétation dans le monde de manière quotidienne.    

Le centre communique aussi avec les six satellites GALILEO. Ce système de navigation, à terme, devrait compter 27 appareils et offrir un service complémentaire à celui des satellites GPS. Cela permettra une plus grande précision sur les appareils de guidage dans les voitures. 

La grande nouveauté est, sans aucun doute, un centre de formation à la robotique. Il accueille des enseignants des niveaux secondaire et universitaire, qui veulent percer les mystères de la technologie des robots. Objectif pour eux : retourner dans leur établissement respectif et enseigner cette matière à leurs élèves.

Mais l'Agence Spatiale Européenne a encore de nombreux projets dans ses cartons. Un quatrième satellite PROBA sera lancé en 2018. Tout comme "PROBA 2", il observera le soleil mais d'une manière beaucoup plus précise.

David Brichard

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK