Récession en France: une situation "grave" selon François Hollande

François Hollande reconnaît une situation économique "grave" en France, mais rappelle que la récession est plus importante dans beaucoup de pays européens
François Hollande reconnaît une situation économique "grave" en France, mais rappelle que la récession est plus importante dans beaucoup de pays européens - © BERTRAND LANGLOIS

Le président François Hollande a admis que la situation économique de la France était "grave" mais que la récession dans laquelle elle est entrée était "moins profonde que celle connue en 2008-2009", a rapporté la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem.

"La situation économique est grave, rien ne sert de la minimiser", a déclaré le chef de l'Etat lors du Conseil des ministres. Mais, a-t-il souligné, "la panne de la croissance concerne l'Europe toute entière", a expliqué Najat Vallaud-Belkacem qui rapportait les propos du chef de l'Etat, lors de son point de presse hebdomadaire.

François Hollande a notamment pointé "la chute de la demande européenne" pour expliquer ces mauvais indicateurs, même si la France a été "moins impactée que ses voisins", selon la porte-parole.

La France est officiellement entrée en récession après l'annonce mercredi du recul de 0,2% de son produit intérieur brut au premier trimestre, qui fait suite à une contraction d'ampleur similaire au dernier trimestre 2012.

Cette mauvaise nouvelle économique accroît la pression sur François Hollande, qui doit rencontrer dans la journée à Bruxelles la Commission européenne qui le presse d'engager des réformes en échange d'un délai de deux ans pour tenir ses engagements budgétaires.

Ces chiffres, "le président de la République a considéré qu'ils nous obligeaient et confortaient en même temps nos initiatives pour relancer la croissance en Europe", selon Najat Vallaud-Belkacem.

Un peu plus tôt, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici avait lui aussi estimé que l'entrée de la France en récession n'était "pas une surprise" et était "largement due à l'environnement de la zone euro".

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK