Ray & Jules, la start-up qui torréfie le café grâce à l'énergie solaire

Un système de torréfaction de café qui fonctionne toute l’année à l’énergie solaire ? C’est la spécialité Ray & Jules, une start-up créée il y a deux ans à Hamme-Mille, dans le Brabant wallon.

Le fondateur, Koen Bosmans, est l’ingénieur qui a conçu ce système. "On a évidemment nos propres unités de panneaux photovoltaïques. En même temps, on est en train de construire un système de stockage d’énergie, comme ça, on peut tourner pendant la nuit. Et finalement, on a un accord avec notre fournisseur d’énergie qui ne nous fournit que de l’énergie solaire."

Ce qui garantit évidemment à la start-up la possibilité de torréfier le café à tout moment, quand il fait nuit ou quand il n’y a pas assez de soleil.

Ce chiffre nous a fait commencer à réinventer le système traditionnel industriel

L’intérêt est, avant tout, d’utiliser une énergie renouvelable. La torréfaction industrielle du café — on consomme tout de même 10 millions de tonnes de café par an dans le monde — génère 15 millions de tonnes de CO2 par an.

"Ce chiffre nous a fait commencer à réinventer le système traditionnel industriel. Dans l’industrie, on fait la torréfaction pendant seulement six minutes à une température assez élevée, à 500 degrés. Ils ont donc besoin de gaz naturel, de pétrole. Nous, nous avons conçu une nouvelle installation : on prend plus de temps pour torréfier le café, on prend 12 minutes, et grâce à ça, on peut utiliser une température qui est beaucoup plus basse, 230 degrés. On fait le maximum de récupération d’énergie en interne, et donc notre installation a besoin de trois fois moins d’énergie qu’un système industriel existant. Grâce à ça, on peut l’alimenter avec l’énergie solaire."

Palette d’arôme plus large

Et pour Koen Bosmans, cette torréfaction douce offre une palette d’arômes plus large qu’avec une torréfaction industrielle. Quant à la variété du café, c’est de l’arabica explique Sarah Bergé. "Ce sont des grains avec beaucoup plus de goût, beaucoup plus d’intensité, et on a du café de plusieurs pays. On vend beaucoup du Pérou, Costa Rica, Brésil, Éthiopie et Inde… un peu partout, en fait."

Particularité, la start-up Ray & Jules a été créée par deux jeunes entrepreneurs flamands dans le Brabant wallon avec l’aide financière de la Région wallonne, en l’occurrence la DG 06 en charge de la recherche, et avec l’aide aussi de la société CEE Engineering, qui est expert dans l’efficacité énergétique industrielle des processus de production. Koen Bosmans est par ailleurs un des fondateurs de cette société CEE Engineering.

Actuellement, cette start-up torréfie cinq tonnes de café par an, qu’elle vend à des particuliers et à des entreprises, et notamment sur sa boutique en ligne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK