Rachat d'un brasseur artisanal par AB InBev: la Triple Karmeliet vend-elle son âme?

Rachat d'un brasseur artisanal par AB InBev: la Triple Karmeliet vend-elle son âme?
Rachat d'un brasseur artisanal par AB InBev: la Triple Karmeliet vend-elle son âme? - © Tous droits réservés

La Triple Karmeliet, la Kwak ou encore la DeuS: voilà des noms de bières que vous avez sûrement déjà aperçus sur la carte d’un restaurant. Depuis aujourd’hui, ces trois breuvages produits à la brasserie Bosteels vont changer de propriétaire : AB InBev, le numéro 1 mondial du marché de la bière, a en effet décidé de mettre le grappin sur l’ensemble des marques de l’entreprise familiale flamande.

Les trois bières passent donc entre les mains d’un géant de l’industrie. Mais ce rachat pourrait-il menacer leur qualité ? Oui, estime Jean Hummler, gérant d’un café bruxellois spécialisé en bières artisanales, le Moeder lambic : " Essayez de préparer un spaghetti pour 4 personnes et un autre pour 4 millions de mangeurs ! Quand vous en faites un pour 4 millions de personnes, le produit final est différent. Le goût et la saveur varient nécessairement. C’est ce qu’il va se passer avec les bières de la brasserie Bosteels ".

Une différence que les clients ne ressentiraient pas

Du côté des cafetiers, on pense que les clients ne ressentiront pas de grandes différences entre la Triple Karmeliet d’avant et celle qui sera servie sous la bannière d’AB Inbev. C’est ce que pense en tous cas Nareg, serveur chez Muppa Mundo, un café situé aux Halles Saint-Géry : " Je crois que les clients ne sont pas à ce point sensibles à la saveur du produit et sur la qualité que pourrait avoir la Triple Karmeliet ou la Kwak par rapport à avant. Je ne pense donc pas que les gens vont changer leurs habitudes, après ce rachat ".

De son côté, AB InBev assure qu’aucun changement marquant au niveau de la saveur de ces bières ne sera à souligner, ce rachat n’étant qu’une acquisition et non pas une intégration. Dans un premier temps donc, la brasserie Bosteels restera autonome dans sa production. Reste à voir si AB Inbev décidera de faire déménager la production de la Triple Karmeliet, de la Kwak ou encore de la DeuS dans ses propres bâtiments dans le futur, et si, oui ou non, la Karmeliet aura vendu son âme.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK