Qwant, le moteur de recherche qui ne s'intéresse pas à vos données personnelles

Beaucoup de choses séparent le moteur de recherche français Qwant et le géant Google: Qwant est un tout petit acteur du secteur, avec moins de 1% des recettes dans la monde, tandis que Google accapare à lui seul une part de marché de 73%. Deuxième différence, et pas des moindres : Qwant ne récupère pas vos données personnelles.

Son fondateur Eric Léandri l'expliquait ce jeudi à l'occasion de l'événement Shake Digital Wallonia à Namur. "Je respecte votre vie privée, a-t-il affirmé. Je me fiche de savoir si vous êtes de droite ou de gauche, si vous êtes gay ou hétéro, je vous donne juste les réponses de l’Internet, du web et du web social, tout-en-un, sans savoir ce que vous faites et qui vous êtes."

Aujourd’hui Google vaut 800 milliards parce qu’ils ont toutes vos données

Qwant n’autorise donc pas les cookies, ces petits espions numériques qui permettent de connaître votre utilisation d’Internet, ce que vous cherchez, à quel endroit, à quel moment. Ce sont bien sûr des données très intéressantes pour les annonceurs, mais le métier de Qwant, explique Éric Léandri, est d’être un bon moteur de recherche, pas un vendeur de données personnelles, comme d’autres. "La différence est qu’aujourd’hui Google vaut 800 milliards à la Bourse parce qu’ils ont toutes vos données, parce qu’ils vont être capables de vous traquer absolument partout et de vous vendre le petit truc que vous aimez d’habitude", précise-t-il.

Mais un moteur de recherche peut-il être rentable se privant des recettes qui sont liées aux données personnelles des internautes ? Oui, répond Éric Léandri, qui évoque d’ailleurs un chiffre d’affaires en croissance de 15% par mois, une centaine de millions de visiteurs uniques par mois, 15 milliards de requêtes cette année.

Nous faisons 65% du marché des 6-12 ans

A ce stade c’est l’équivalent, dit-il, de six jours de Google. Ça reste donc très petit, mais la croissance est là. Et puis Qwant mise aussi sur les jeunes, avec Qwant Junior. "Google n’a jamais fait de moteur de recherche pour les enfants, note Eric Léandri. Nous, on a fait un moteur de recherche qui garantit pour les enfants de ne pas avoir de contenu adulte et pas de violence, et on fait 65% du marché des 6-12 ans, quatre millions d’enfants sur six millions."  

Mais qu'en est-il de l'efficacité de ce moteur de recherche ? Pour ses utilisateurs, il reste moins fonctionnel que Google, notamment en Belgique. Mais Eric Léandri le reconnaît volontiers: "On va s’améliorer très rapidement parce qu’on avait mal travaillé la Belgique, et là on est à fond pour la travailler très bien."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK