Qui sont les plus riches de Belgique? Les entrepreneurs

Une première question : combien faut-il avoir pour faire partie de ce top 500 ? Le seuil d'entrée est de 25 millions même s'il y a quelques moins riches en fin de liste. Ludwig Verduyn s'appuie sur les actions détenues dans les entreprises cotées en bourse ou non cotées, que ce soit en Belgique ou à l'étranger. C'est donc une photographie de la Belgique économique, plus que celle du patrimoine statique. Une photographie évolutive car il y a quinze ans que Ludwig Verduyn établit ce palmarès.

Immobilité

Quelles sont justement les grandes évolutions ? Le constat de Ludwig Verduyn est avant tout celui de l'immobilité : "Quand on regarde le top 20, on voit qu’il y a très peu de changements, ce qui prouve qu’il n’est pas évident en Belgique de croître d’une petite entreprise aux centres du pouvoir économique. Il y a beaucoup de personnes qui entrent dans le classement mais qui restent dans les catégories inférieures".

Donc pas de surprise dans le top 10 avec sur le podium dans l'ordre : les familles d'AB Inbev (de Mevius, de Spoelberch et Van Damme), Albert Frère et la famille Emsens avec les entreprises Sibelco et Etex. On peut ajouter en quatrième position la famille Colruyt, la seule à avoir réussi à grimper aussi haut depuis longtemps. Sans oublier le petit nouveau parmi les milliardaires en euros, l'homme d'affaire flamand Marc Coucke, riche de 1,2 milliard d'euros après la vente d'Omega Pharma. Il est 11ème.

Construction et immobilier

Le classement compte 500 noms. Y-a-t-il plus de nouveaux venus dans les moins riches des plus riches ? Bien sûr, mais comme le classement est passé en un an de 200 à 500 noms, on ne peut comparer. Cela dit on peut dresser le profil des derniers arrivés. Ludwig Verduyn : "Dans les 300 familles qui se sont ajoutées cette années, beaucoup sont actives dans la construction, l’immobilier, beaucoup de PME surtout flamandes. On constate aussi qu’il est très difficile de devenir très vite très riche avec tout ce qui concerne Internet ".

Pour taxer ?

On parle beaucoup d'une taxation des grandes fortunes. Ce classement n'est-il pas un outil pour y arriver ? Ce n'est pas l'objectif, d'autant qu'il ne mesure que les fortunes investies dans les entreprises, donc en principe productives pour l'économie. On ne parle pas dans ce palmarès des patrimoines plus ou moins cachés.

Pour terminer quelques noms épinglés au hasard de la liste: la famille Mestdagh (101), Laurent Minguet (215), Eric Domb (293), Eden Hazard (345). Sans oublier la famille Maurice Lippens en 405ème position, un classement très éloigné des heures de gloire de Fortis.

Enfin, il est important de noter qu'à l'origine de ces fortunes, il y a toujours un projet d'entreprise porté par un ou plusieurs pionniers. Après évidemment, ce sont les héritiers qui prennent le relais.

Michel Visart

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK