Quel est le lien entre la croissance économique et l'innovation?

Quel est le lien entre la croissance économique et l'innovation?
Quel est le lien entre la croissance économique et l'innovation? - © DANIEL ROLAND - AFP

Selon les prévisions de la Banque Centrale Européenne, la croissance économique devrait tourner autour d’1.1% en 2019. Cette  information rentre dans la ligne d'un précédent rapport de l’OCDE qui annonce un fort ralentissement de la croissance économique européenne en 2019.


>> A lire aussi: Une chute de la croissance économique "brutale" et "sérieuse" : quelles conséquences dans les mois à venir ?


Le vieillissement de la population pourrait d'ailleurs peser sur cette croissance, comme l'explique Philippe Aghion, titulaire de la chaire d'économie des institutions de l'innovation et de la croissance au Collège de France. 

"On sait que par exemple la croissance dans les pays développés est tirée par l'innovation et on sait qu'une population plus vieillissante innove moins, il y a moins de prise de risque, moins d'innovation et il y a le coût de payer pour les systèmes de retraite qui est de l'argent que je n'investis pas dans l'économie du savoir, dans la politique industrielle, etc. Tous ces éléments font qu'il y a un coût."

Le commerce international stimule la concurrence et on sait que la concurrence est bonne pour l'innovation

Un autre élément, selon lui, la conjoncture internationale. "On sait que le commerce international c'est bon pour la croissance parce que par exemple si je fais une (énergie neuve), j'ai un marché plus grand pour mon innovation. Le commerce international stimule la concurrence et on sait que la concurrence est bonne pour l'innovation. Le fait qu'il y ait un repli sur soi et des montées des souverainistes et un repli des États-Unis est encore un facteur qui n'aide pas à la croissance."

La solution, explique-t-il, serait "d'avoir une politique plus macroéconomique, plus proactive". 

"En Europe, par exemple, je crois beaucoup au nécessaire en Europe, à un renouveau de la politique industrielle et à une politique industrielle plus pro concurrence, mais autour de grands projets. Donc moi, je soutiens beaucoup l'idée d'une DARPA franco-allemande, enfin une DARPA européenne. La DARPA, c'était Defence Advance Research Program Agencies : Agence pour les Programmes Avancés de Recherche en Défense. Ça a été créé aux États-Unis avant la guerre froide et en fait, c'était le ministère de la Défense qui finançait les programmes : des programmes pour pouvoir mettre un homme dans l'espace pour retrouver le laser. Ça a donné lieu à un certain nombre d'innovations, de rupture. Et c'était intéressant parce qu'à la fois ça venait du ministère de la Défense, mais en même temps, on confiait des programmes à des personnes issues du monde académique ou industriel et ils devaient mener à bien. Ils avaient 4 ans pour faire des progrès dans ces domaines. Eh bien moi, je pense qu'il devrait y avoir un DARPA européen, peut-être qu'il commencerait franco-allemand-bénélux et puis qui s'étendrait. Vous voyez ? Mais sans la logique du budget et la logique du juste retour. Il faut échapper à la logique du veto et à la logique de I want my money back. Mais je crois qu'il faudrait des projets comme ça pour relancer la croissance en Europe."

Privilégier des secteurs

Mais que veut-il dire exactement par politique industrielle? "Ça veut dire que les pays, les aides des gouvernements peuvent dire "voilà il y a des secteurs qu'on privilégie. Par exemple le secteur de l'énergie, le secteur de la défense, le secteur de la santé et de dire "voilà dans ces secteurs-là, nous voulons qu'il y ait aussi une aide publique importante." 

Mais il faut réussir à préserver la concurrence, "surtout s’il n'y a pas de concurrence internationale".

"Par exemple, il avait le cas Alstom-Siemens. Je pense que vous en avez parlé ici. Je pense que c'est un marché qui est contestable au niveau international parce que vous avez quand même le producteur chinois de trains à grande vitesse qui est un concurrent direct de Alstom-Siemens. Donc voilà un exemple, là on pouvait avoir la fusion parce qu'on avait la concurrence mondiale. Mais je crois qu'il faut effectivement une politique de la concurrence et une politique industrielle qui soient accordées l'une à l'autre et repenser un peu la politique de la concurrence pour pas que soit juste une concurrence en Europe. Il faut comprendre qu'en Europe, on fait la concurrence aux autres, notamment aux Chinois et donc il faut adapter notre politique de la concurrence en fonction."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK