Quel avenir pour Brussels Airlines? Le conseil d'entreprise n'a rien dévoilé de neuf

Quel avenir pour Brussels Airlines? Conseil d'entreprise en présence du patron d'Eurowings
Quel avenir pour Brussels Airlines? Conseil d'entreprise en présence du patron d'Eurowings - © PASCAL PAVANI - AFP

Les employés de Brussels Airlines avaient rendez-vous ce lundi matin avec le patron allemand de la compagnie low cost Eurowings, Thorsten Dirks, lors d'un conseil d’entreprise spécial.

Il devait y être question de l’avenir de la compagnie aérienne belge et de son organisation. Il y a un mois environ, il y a déjà eu de gros changements à la tête de Brussels Airlines. Le directeur général et le directeur financier ont été licenciés

Mais les syndicats sont sortis déçus de ce conseil d'entreprise spécial. La direction allemande a exposé son plan de développement général de l'entreprise, sans donner de détails concernant la Belgique et l'emploi.

"On a quand même appris qu'Eurowings projette d'agrandir sa flotte de 190 avions à 210 d'ici fin 2018 et jusqu'à 300 appareils d'ici 2 à 3 ans", a expliqué l'un d'eux à la RTBF.

Par ailleurs, le plan stratégique pour Brussels Airlines sera piloté par le nouveau management qui arrivera le 1er avril. Les syndicats n'espèrent pas en savoir plus avant l'automne prochain.

On ne sait toujours pas où Brussels Airlines va aller

La crainte des syndicats est que Brussels Airlines devienne une compagnie à bas prix, comme Eurowings, la filiale allemande low cost de Lufthansa. "On est toujours inquiets parce qu’après tout ce qu’il s’est passé il y a un mois, le licenciement du CEO et tout ça, on ne sait toujours pas où Brussels Airlines va aller. On voudrait quand même voir clair pour le futur de l’emploi et des 3500 personnes qui travaillent pour Brussels Airlines", avait expliqué avant ce conseil d'entreprise, Anita Van Hoof, secrétaire fédérale du BBTK, l’aile flamande du SETca, le syndicat socialiste.

Le patron d’Eurowings s’était voulu rassurant il y a un mois. Brussels Airlines ne deviendra pas une copie belge de Ryanair. C’est ce que le patron d’Eurowings avait dit après l’annonce des licenciements des deux directeurs. Il avait aussi expliqué que Bruxelles deviendrait un centre d’expertise pour les vols long-courriers. À ce moment-là, son but était de calmer le jeu et de rassurer les employés et les syndicats. Ces derniers avaient menacé de mener des actions.

Conseil d'entreprise de Brussels Airlines au JT du 07/02

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK