Que deviennent les pneus usagés en Belgique?

Que deviennent les pneus usagés en Belgique?
Que deviennent les pneus usagés en Belgique? - © MANJUNATH KIRAN - AFP

Plus de 6 millions de pneus usés ont été récoltés en Belgique en 2016. Cela représente une masse totale de pratiquement 83 000 tonnes. C'est un peu mieux qu’en 2015.

Mais dans le secteur, le véritable indicateur de performance, c’est le taux de collecte : comparer la masse des pneus usés récoltés, 83 000 tonnes, avec la masse des pneus neufs mis sur le marché, 74 000 tonnes, d’où un taux de collecte en 2016 de 112%.

D'où viennent ces pneus usés ?

Les pneus sont récupérés dans un peu plus de 5000 points de collecte en Belgique, notamment, les parcs à conteneurs, les commerces de pneus, les garages. Ensuite, 85% des pneus usés vont être recyclés après avoir été dépiautés.

Comme l’explique Chris Lorquet, directeur de Recytyre, l’organisme de gestion des pneus usés en Belgique: "L’acier repart en aciérie pour être retraité. Le textile part soit en cimenterie, soit dans des applications matière, comme par exemple le rembourrage de sacs de boxe. En termes de valorisation du caoutchouc, on parle alors de granulat et ce granulat est utilisé dans les sols sportifs, dans des matériaux amortissant, dans des sous-couches pour les rails de tram, donc il y a une multitude d’applications pour lesquelles le caoutchouc de pneu peut être utilisé".

85% de la matière est donc recyclée. Les 15% restants vont faire l’objet de ce qu’on appelle une valorisation énergétique, c'est-à-dire être brûlé, servir de combustible. Il y a 10 ans, 40% des pneus usagés étaient utilisés comme source d’énergie, les progrès ont été considérables sur cette période.

Des emplois en plus ?

L’essentiel de la valeur ajoutée est pour le moment généré à l’étranger. Le secteur souhaite relocaliser en Belgique ce processus de valorisation.

"On veut ramener une activité ici, on est persuadé que la compétence se trouve ici aussi, et dans cette tendance d’économie circulaire, on se dit 'on a une matière première, même plusieurs, et on peut en faire bénéficier des entreprises'. Je pense qu’il leur faut un coup de pouce pour oser prendre le pari", explique Chris Lorquet.

Et ce n’est pas juste un souhait parce que c’est dans cette perspective que Recytyre et la fondation Roi Baudouin ont créé un fonds de 30 millions d’euros avec un objectif : favoriser l’émergence d’une véritable filière de recyclage des pneus en Belgique. Lancement prévu pour la seconde partie de l’année.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir