Quatre semaines après la cyberattaque, tous les travailleurs d'Asco reprendront le travail lundi

Tous les travailleurs de l'équipementier aéronautique Asco, victime il y a un mois d'une cyberattaque au rançongiciel, reprendront le travail lundi, a annoncé vendredi la direction.

Un petit mois après l'importante cyberattaque du 7 juin, environ 150 employés des services de soutien n'avaient toujours pas pu reprendre le travail jeudi.

Le groupe emploie 1.500 travailleurs dans le monde, dont 1.000 à Zaventem.

La cyberattaque avec demande de rançon a touché les systèmes informatiques de l'entreprise qui s'est vue contrainte d'opérer manuellement des opérations en principe automatisées et de recourir au chômage technique.

"A partir de lundi, tout le monde pourra à nouveau travailler sur le site de Zaventem", indique la responsable des ressources humaines, Vicky Welvaert.

La DRH ne peut en revanche pas encore préciser quand toutes les conséquences de la cyberattaque seront résolues. L'entreprise est occupé à embaucher une centaine de travailleurs sous contrat temporaire pour résorber le retard pris dans l'exécution du carnet de commandes. La durée de ces contrats varie, "certains recevant un contrat jusqu'à la fin de l'année."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK