Quand les Belges sont les champions des bureaux neufs à Varsovie

Depuis 20 ans, la société belge Ghelamco a construit un quart de tous les nouveaux bureaux de Varsovie et les projets sont encore très nombreux dans la capitale polonaise comme à Gdansk.
Depuis 20 ans, la société belge Ghelamco a construit un quart de tous les nouveaux bureaux de Varsovie et les projets sont encore très nombreux dans la capitale polonaise comme à Gdansk. - © Tous droits réservés

C'est un, nom bien connu des amateurs du ballon rond. La Ghelamco Arena, c'est le stade de la Gantoise, champion l'année dernière et c'est Ghelamco qui a décroché le contrat du futur stade national sur le plateau du Heyzel. Pourtant c'est en Pologne que cette société belge réalise la plus grande part de son chiffre d'affaires.

Paul Gheysens créée Ghelamco en 1985 avec comme objectif :la promotion immobilière. Au tout début des années nonante, il flashe sur la Pologne. Les prix de l'immobilier y sont élevés, les besoins énormes, la main d'œuvre bon marché et compétente.

Paul Gheyssens est interrogé à Varsovie par Myriam Baele : " Les écoles, les universités, il  y en a de très grandes ici avec beaucoup d’étudiants. Les Polonais sont très énergiques et ils travaillent partout dans le monde. Aujourd’hui, il y a aussi les Roumains et les Bulgares mais ce n’était pas le cas avant ".

Avant tout le monde

Treize ans avant l'adhésion de la Pologne à l'Union Européenne, Ghelamco fait de ce pays son objectif principal avec succès. La Pologne, c'est 50 % des activités de l'entreprise basée à Ypres. Avec une position de leader sur le marché de Varsovie comme l’explique Paul Gheyssens : " Pour les nouveaux bâtiments de bureau sur les vingt dernières années, nous avons une part de marché de 25 % et ce n’est pas terminé ".

Pour construire tous ces bâtiments, Ghelamco fait appel au savoir-faire belge. La conception et plan sont réalisés à Ypres. Plusieurs sous-traitants sont Belges, surtout pour les techniques de pointe. Mais la main d'œuvre est locale. Locale au sens large: les entrepreneurs polonais utilisent beaucoup de main d'oeuvre étrangère, notamment ukrainienne car moins chère. C'est le même phénomène partout.

De gros projets

La Pologne reste aujourd’hui encore un marché d'avenir pour ce promoteur belge. Paul Gheyssens est en compagnie de Myriam Baele au sommet d'une tour de 180 mètres de haut au coeur de Varsovie : " Ici, nous sommes au cœur du Ten Tower project. Nous allons créer dix tours ce qui nous prendra encore trois ou quatre années. Nous avons également un très grand projet à la gare de Gdansk, soit 160.000 mètres carrés de bureau et de résidentiel et à Varsovie nous possédons encore de très grands terrains que nous sommes en train de développer ".

Varsovie, Gdansk, mais la Belgique aussi avec évidemment le futur stade national. " Nous pouvons faire  de très jolies choses en Belgique ", conclut Paul Gheyssens.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK