Quand et comment demander une augmentation de salaire?

L’automne serait la saison idéale pour essayer de décrocher une augmentation salariale, en complément de l’indexation et des barèmes. Pas mal de salariés attendent avec impatience cette augmentation salariale. Selon le cabinet de recrutement Robert Half, 27% des salariés comptent sur une augmentation salariale au premier semestre de l’année prochaine. D’où la question évidemment : faut-il demander cette augmentation ou tout simplement attendre qu’éventuellement le management la propose ? Iris Houtaar, associée directrice chez Robert Half, livre le conseil suivant : "Il n’y a pas spécialement de moment idéal pour demander une augmentation salariale, mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas le faire. Je pense que tout dépend des attentes qui ont été mises en place entre le management et l’employé. S’il y a clairement des résultats à atteindre et qu’on arrive à atteindre ces objectifs... voilà. Maintenant, je pense que de ne jamais demander d’augmentation de salaire alors qu’on est dans une certaine attente va fatalement créer de la frustration, ce qui ne sera pas bon au bout du compte non plus. Je pense donc qu’il faut avoir une communication assez ouverte, tant de la part de l’employé que de la part de l’employeur".

"Ce qu’il ne faut surtout pas faire — c’est en tout cas un conseil qu’on donne — c’est d’aller demander une augmentation salariale en se comparant à d’autres personnes. Je pense qu’il faut pouvoir démarrer de ses propres réalisations, de sa propre situation pour, le cas échéant, pouvoir mettre en avant les arguments pour sa propre augmentation salariale" poursuit Iris Houtaar.

Plan pension

Globalement, la situation économique est plutôt favorable pour les salariés : les emplois vacants sont extrêmement nombreux, la concurrence est donc forte, et avec le départ à la retraite, pas mal de baby-boomers vont partir à la retraite, et donc les tensions sur le marché de l’emploi risquent encore de s’accentuer sur toute une série de fonctions critiques évidemment.

Changer d’entreprise avec l’espoir d’obtenir une rémunération plus élevée. Est-ce un bon calcul ? S’il s’agit d’une nouvelle expérience professionnelle avec un meilleur salaire et peut-être aussi effectivement un meilleur employeur, oui, ça vaut la peine. Mais, avertit Franky Stevens, chef actuaire chez Mercer, il ne faut pas oublier d’analyser le plan pension de l’entreprise, car cela peut faire gagner ou perdre des milliers d’euros sur une carrière. Exemple concret: un salarié de 30 ans qui reçoit un gros bonus, 10 000 euros, soit en cash, soit sur son plan pension. "Si tu reçois 10 000 euros et que c’est payé en cash, ça ressemble à un montant net d’à peu près 4500 euros. Si tu mets ce montant dans un plan pension, tu as des rendements dans les 10 000 euros. Et la fiscalité si tu les mets sur le plan pension est plus intéressante que la fiscalité si tu reçois un bonus maintenant", explique Franky Stevens.

C’est assez impressionnant. En touchant le bonus immédiatement, vous êtes taxé à près de 60%. En mettant ce même bonus sur le plan de pension de l’entreprise, la taxation sera autour de 15% le jour de la retraite, à 65 ans ou peut-être 66 ou 67 ans. Au fond, l’alternative se résume à ceci : près de 4500 euros maintenant ou plus de 18 000 euros à la retraite. Parce qu’évidemment, quand ces 10 000 euros sont placés sur un plan de pension complémentaire d’entreprise, il va y avoir un rendement garanti qui va courir pendant toutes les années qui suivent. Évidemment, la question est toujours de savoir : est-ce qu’on a besoin de cet argent tout de suite, et là évidemment on va prendre les 4500 euros, ou bien est-ce qu’on peut se permettre d’attendre et alors on fera une bonne affaire financière ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK