Quand Donald Trump s'en va en guerre... commerciale

Quand Donald Trump s'en va en guerre... commerciale
Quand Donald Trump s'en va en guerre... commerciale - © NICHOLAS KAMM - AFP

Deux semaines seulement après sa prestation de serment, c'est peu dire que la politique de Donald Trump pose question. C'est vrai dans plusieurs domaines, et particulièrement sur le plan économique. Les analystes et les économistes que nous rencontrons sont de plus en plus perplexes.

Un exemple avec l'interview de Geert Gielens, le chef économiste de Belfius. Voilà sa réponse quand on lui demande son avis sur les premiers pas économiques de Trump président : "Cela renforce certainement mes inquiétudes. Je m’attendais à ce qu’il soit un peu plus conciliant, qu’il tienne plus compte des opinions des autres. Mais c’est évident qu’il ne le fait pas. Il est vraiment en train d’exécuter ce qu’il avait annoncé et ce qui est assez dur avec des impacts négatifs pour tout le monde. Je suis plus inquiet qu’il y a deux mois."

Irresponsable et incompétent

Il n'est pas le seul. Il y a quelques jours, l'économiste américain et prix Nobel d’économie Paul Krugman twittait ainsi à propos du mur avec le Mexique et du protectionnisme annoncé : "Beaucoup de gens ne se rendent probablement pas compte à quel point ceci est irresponsable et peu documenté". Avec quelques tweets de plus, Krugman a donné à Trump un mini cours d'économie internationale au président des États-Unis.

Certains experts avaient pourtant pointé des aspects positifs du programme de de Donald Trump, notamment la relance. Peut-on alors déjà dire que cela ne marchera pas ? Pour la relance, aucune réponse n'a été apportée à la délicate question du financement, donc les économistes sont dans le flou.

Mais surtout, c'est la stratégie du repli économique qui inquiète. A court terme, elle peut avoir un effet positif sur la croissance américaine, mais cela ne devrait pas durer. Geert Gielens parle d'un cercle vicieux : "Qui profite le plus des prix bas ? Les salariés ! Quels sera le résultat des tarifs douanier que Donal Trump veut imposer ? Tout simplement que les prix vont monter. Si les prix montent, le pouvoir d’achat des gens va baisser. S’il recule, il y aura moins de croissance parce que la consommation représente 70 % sur la croissance américaine. Moins de croissance, c’est moins d’emplois. Moins d’emplois, cela signifie moins de hausses des salaires, voir même des baisses. De cette manière, on peut créer un cercle vicieux dont les Américains seront les premières victimes".

Un raisonnement qui pousse de plus en plus les économistes à parler de l'incompétence du président américain et comme les Etats-Unis sont la première économie de la planète ce n'est pas du tout une bonne nouvelle.

Soupe à la grimace

C'est ce que l'on pense aussi à Pékin, sans le dire encore tout haut. Voilà le raisonnement de l’économiste en chef de Belfius : "C’est certainement où les exportations contribuent pour 20 % à la croissance. Supposons que la Chine connaisse actuellement une croissance de 5 %, elle devrait descendre à 4 %. Moins de croissance en Chine, c’est moins de commerce extérieur avec nous et moins de croissance en Europe."

Bref nous sommes tous dans le même bateau. Si les Européens, divisés, pourraient ne pas oser montrer les dents, les Chinois n'hésiteront pas à déclarer la guerre. Une guerre commerciale évidemment, une guerre dont personne ne sortira vainqueur. Et certainement pas les Etats-Unis.