Qatar: le port Hamad inauguré pour "briser les chaînes" du boycott des voisins

Port Hamad a une capacité de stockage de 1,7 million de tonnes de marchandises et d'un million de tonnes de céréales, selon Mwani Qatar, la compagnie nationale qui gère les ports.
Port Hamad a une capacité de stockage de 1,7 million de tonnes de marchandises et d'un million de tonnes de céréales, selon Mwani Qatar, la compagnie nationale qui gère les ports. - © KARIM JAAFAR - AFP

Le Qatar a officiellement inauguré mardi un port d'un coût de 7,4 milliards de dollars qui permettra de "briser les chaînes" imposées par le boycott décrété il y a trois mois par l'Arabie saoudite, les Émirats, Bahreïn et l'Égypte.

Opérationnel depuis décembre, le port Hamad, situé sur la côte sud-est du Qatar, à environ une heure de route de la capitale Doha, est une plateforme majeure pour les importations du pays, frappé par un embargo aérien et terrestre notamment de la part de ses voisins du Golfe les plus puissants.

Hamad sera le plus grand port de cet émirat gazier et offrira un accès commercial à quelque 150 pays, avec notamment des liaisons vers des ports de la région à Oman et au Koweït et plus distants, en Turquie, en Inde et au Pakistan.

Briser le boycott des voisins

L'inauguration intervient alors que le Qatar cherche à atténuer sa dépendance vis-à-vis de ses voisins saoudien et émirati, en matière de produits alimentaires en particulier. Elle a été marquée par des feux d'artifice et des festivités auxquelles ont notamment participé un groupe de musique et des acrobates, manifestation ostentatoire visiblement destinée à envoyer un message aux pays voisins ayant coupé leurs liens avec le Qatar.

"Il s'agit d'un accès destiné à briser les chaînes imposées au Qatar", a déclaré le ministre des Transports Jassem ben Seif al-Salliti dans un discours d'inauguration. "Rien ne pourra nous arrêter ou stopper notre ambition."

Un groupe de pays, dirigé par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, a rompu le 5 juin les relations diplomatiques et pris des sanctions contre Doha, déclenchant la pire crise dans le Golfe depuis des années. Il accuse le Qatar de soutenir l'extrémisme et de se rapprocher de Téhéran, grand rival régional de Ryad. Doha dément les accusations de soutien au terrorisme.

L'Arabie saoudite a fermé le seul poste frontalier terrestre du Qatar qui dépendait lourdement de cette voie pour ses importations alimentaires, notamment de lait saoudien.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK