Proximus pas prêt à collaborer avec Orange sur le déploiement de la fibre optique en ville

Assemblage de la fibre optique à très haut débit.
Assemblage de la fibre optique à très haut débit. - © Tous droits réservés

La CEO de Proximus, Dominique Leroy, a confié vendredi ne pas être prête à collaborer pour le moment avec Orange Belgium sur le déploiement de la fibre optique dans les principales villes du pays. Elle se dit par contre ouverte à des co-investissements avec l'opérateur télécom dans les zones (semi-)rurales afin de connecter davantage de personnes à cette technologie.

Trois milliards d'euros au cours des dix prochaines années

Proximus avait annoncé mi-décembre vouloir investir trois milliards d'euros au cours des dix prochaines années pour accélérer le déploiement de la fibre optique en Belgique. Celui-ci, qui a déjà débuté, concerne six villes: Namur, Bruxelles, Charleroi, Gand, Anvers et Roulers. L'entreprise publique ambitionne d'atteindre au moins 85% des entreprises et 50% des ménages.

Depuis lors, Orange Belgium fait un appel du pied à l'ex-Belgacom afin que les deux sociétés co-investissent dans cette technologie. L'opérateur télécom d'origine française avait même appelé les autorités publiques du pays à obliger Proximus à ouvrir ses nouveaux réseaux ultra-rapides de fibre optique à la concurrence. Des discussions à ce sujet sont d'ailleurs en cours avec le régulateur des télécommunications.

Notre réseau a toujours été ouvert aux autres. Ce n'est pas le cas du coaxial

Tous les détails du plan de Proximus pour les principales villes ont déjà été décidés et lancés, répond Dominique Leroy, qui a rejeté la requête de son concurrent. "Mais nous sommes tout à fait ouverts pour co-investir ailleurs et connecter plus de gens à la fibre", ajoute-t-elle.

"Notre réseau a toujours été ouvert aux autres. Ce n'est pas le cas du coaxial", relève en outre la CEO. Cette technologie est utilisée par les câblo-opérateurs, qui refusent de permettre à Proximus de l'autoriser. Ils y ont pourtant été obligés par les autorités régulatrices mais maintiennent leur blocage.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK