Proximus: l'heure est aux négociations entre les syndicats et la direction

Proximus: l'heure est aux négociations entre les syndicats et la direction
Proximus: l'heure est aux négociations entre les syndicats et la direction - © JAMES ARTHUR GEKIERE - BELGA

Le plan de restructuration de l’opérateur mobile Proximus a été précisé jeudi: il compte se séparer de 1900 collaborateurs et en recruter 1250 d’ici à 2021. Ces licenciements font partie d’un plan de transformation qui doit permettre à Proximus de réaliser sa transition vers le digital.

Le personnel est inquiet car il est impossible de savoir quels seront les postes touchés. Des employés, couverts par un préavis de grève, ont d'ailleurs marqué un arrêt de travail jeudi, notamment dans certains call-centers.

Alors quelle est la suite des événements? Pour l'heure, syndicats et direction vont négocier. Leur volonté, c’est que les négociations démarrent le plus vite possible pour informer justement le personnel qui ne comprend pas ce qu'il se passe et qui sera impacté. Les résultats financiers de l’entreprise sont bons et la rentabilité est toujours là

Négocier et discuter avec la direction

Dans un premier temps, les syndicats vont consulter leur base et obtenir un mandat pour entamer les discussions avec la direction. Ce sera également l’occasion de prendre le pouls et de définir un cadre pour les futures négociations. 

Le syndicat libéral, le SLFP l’a déjà fait. Côté chrétien, la CSC devrait rencontrer ses responsables ce vendredi matin. Quant à la CGSP, ils le feront lundi.

Ensuite, une première réunion aura lieu mardi prochain entre syndicats et direction afin de fixer le calendrier des négociations.

Pour l'instant, les syndicats couvrent les travailleurs, mais aucun n’a encore parler d’une grève. Certains préfèrent laisser d’abord la place à la négociation.

Journal télévisé 09/01/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK