Protéger la propriété intellectuelle: un enjeu important pour les entreprises

La société Gevers, une des références belges dans le domaine de la propriété intellectuelle, vient d’ouvrir un bureau à l’AxisParc de Mont-Saint-Guibert, à un jet de pierre de Louvain-la-Neuve, et ce n’est évidemment pas un hasard. La société couvre bien Bruxelles et la Flandre, mais pas assez la Wallonie, d’où cette décision d’ouvrir un bureau à côté de l’UCL, car le potentiel scientifique là-bas est évidemment important.

Benjamin Gevers, associé du bureau Gevers en Belgique, évoque notamment le futur premier incubateur chinois d’Europe, le China Belgium Technology Center : "Parmi les prospects, il y a aussi l’incubateur chinois qui doit s’implanter à Louvain-la-Neuve et dont les bâtiments sont en construction. Cet aspect chinois est important pour nous, car nous avons des personnes dédiées au marché chinois, des conseils en propriété intellectuelle chinois qui travaillent dans nos bureaux ici à Bruxelles et en Belgique".

Et il y a aussi une question de management, ou plus exactement une question de ressources humaines, poursuit-il : "Je ne vais pas vous expliquer les difficultés de mobilité de Bruxelles et de l’accès à un endroit comme nous sommes ici, proche d’Evere. C’est donc une question d’amélioration de qualité de la vie des employés et du personnel qui travaillent ici, du personnel existant mais aussi du personnel futur, parce que pour ce qui est du recrutement, la qualité de la vie est un aspect essentiel aussi. Donc, pouvoir prendre en considération le fait qu’on leur offre un emploi dans un environnement proche de chez eux, avec forcément une qualité de vie qui est largement améliorée, est très important dans la balance pour le choix d’un emploi lors d’un recrutement".

"Au plus le territoire est grand et au plus on multiplie le nombre de droits"

Le travail d’une société comme Gevers ne se limite pas à remplir des documents et à mettre des cachets sur ces documents pour déposer un brevet d’invention ou protéger une marque. Benjamin Gevers résume, lui, la valeur ajoutée de ce métier : "Ce que le client peut protéger, où il peut le protéger et comment il doit le protéger. Évidemment, on peut protéger dans tous les pays du monde si on le veut. Au plus le territoire est grand et au plus on multiplie le nombre de droits, au plus la facture augmente. Mais évidemment, il y a des décisions qui doivent être prises sur ce qu’on fait et ce qu’on ne fait pas. Certaines choses qu’on décide de ne pas faire aujourd’hui ne pourront plus jamais être faites à l’avenir, donc ce sont des décisions importantes".

Que peut protéger une société comme Gevers? Cela peut être une invention technique avec le brevet d’invention, on peut protéger aussi les marques, les logos, par exemple les signes distinctifs, les noms, les noms de domaine Internet aussi, et puis troisième secteur important, le design ou les modèles qui, eux, vont protéger l’apparence extérieure d’un produit pour éviter qu’il ne soit copié par des copieurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK