Procès Apple – Epic Games : un beau coup de pub pour Epic

Procès Apple – Epic Games : un beau coup de pub pour Epic
Procès Apple – Epic Games : un beau coup de pub pour Epic - © ANDREW CABALLERO-REYNOLDS - AFP

Le monde des nouvelles technologies a les yeux rivés sur le procès qui s’ouvre en Californie aujourd’hui. Apple et Epic Games, l’éditeur du jeu vidéo Fortnite, s’affrontent devant la justice à propos de la politique commerciale des plateformes de vente de jeux vidéo.

Au cœur du bras de fer, les commissions prélevées par les plateformes sur chaque achat. 30% dans le cas d’Apple (15% depuis le début de l’année pour les petits développeurs). Epic Games dénonce un abus de position dominante de la part d’Apple et des autres plateformes. Le procès est loin d’être gagné même si pour Björn-Olav Dozo du Liège Lab Game (ULiège), Epic Games, a déjà gagné la bataille du marketing. Décryptage des enjeux de ce méga procès.

Est-ce que ce procès pourrait remettre en cause le modèle économique d’un géant comme Apple ?

L’enjeu pour Epic, c’est de consolider sa position dominante sur plusieurs tableaux. Ils sont à la fois éditeurs du jeu très très populaire qu’est Fortnite, qu’ils distribuent sur différentes plateformes, comme Apple Store où ils payent ces fameux 30% de commission. Mais ils ont eux-mêmes leur propre plateforme de distribution, sur laquelle la commission qu’ils prennent est beaucoup moins importante que les 30% d’Apple.


►►► À lire aussi : La bataille royale entre Epic Games (Fortnite) et Apple s’engage lundi


D’un côté, ils ont donc une politique de nouvel arrivant qui brade les prix sur sa nouvelle plateforme. Ils jouent la carte de "venez chez nous, on soutient les nouveaux projets des petits indépendants". Et d’un autre côté en tant que producteur de jeux, ils disent "les commissions pratiquées par les autres nous étranglent, il faut diminuer les marges. C’est important pour le maintien de l’écosystème que quelqu’un dénonce cet état de fait".

Il y a donc un coup marketing de Epic qui dénonce les prix pratiqués chez les autres pour attirer chez eux ?

Bien sûr. En reprenant à son compte ce discours des petits studios qui consiste à dire "les marges que prennent les géants nous étouffent et bride la créativité", ils s’érigent en chevalier blanc de la cause. D’un point de vue marketing, ça joue en leur faveur. Alors qu’ils sont eux-mêmes une multinationale qui brasse des milliards.

Est-ce que c’est juste un coup de pub, ou vous pensez que cette plainte pour abus de position dominante pourrait vraiment faire bouger les lignes ?

Je ne crois pas. La position dominante de ces grosses plateformes ne bougera que s’il y a une alternative crédible économiquement qui émerge. Apple, qui se voit menacer dans son business model traditionnel, n’a rien à gagner à diminuer sa commission. S’il cède à Epic, c’est la porte ouverte à des négociations avec d’autres acteurs qui pèseraient suffisamment, comme Facebook, pour demander la même chose. Apple, n’a pas non plus intérêt à changer son fusil d’épaule en se profilant comme la plateforme qui favorise les petits éditeurs en baisant ses marges car ce créneau-là est déjà occupé par Epic, précisément.


►►► À lire aussi : Epic Games, créateur de Fortnite, veut faire vaciller le monopole d’Apple dans le monde du gaming mobile


Finalement cette commission de 30%, elle relève vraiment d’un abus de la part d’Apple qui profite de sa position ou c’est une marge normale, comme celle de n’importe quel magasin qui a lui-même ses coûts de fonctionnement ?

C’est très difficile, voire impossible, d’objectiver combien coûte à Apple de distribuer Fortnite. Par définition, ces 30% sont donc arbitraires. Ça relève de leur politique commerciale. Ce qui est sûr c’est que 30% c’est très classique. C’est une marge qu’on retrouve sur d’autres plateformes de distribution de jeux vidéo et dans énormément d’écosystèmes dans d’autres domaines. Et remettre en question cette répartition deux tiers-un tiers tellement installée dans les mœurs revient à bouleverser tout un secteur économique qui ne me semble pas prêt à ce bouleversement. En revanche, vu les bénéfices colossaux générés par une application comme Fortnite, on pourrait imaginer un coût dégressif. A partir d’un certain chiffre d’affaires. Ce serait justifié.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK