Près de 8 Belges sur 10 souhaitent que le masque soit rendu obligatoire dans les magasins

Près de 8 Belges sur 10 souhaitent que le masque soit rendu obligatoire dans les magasins
Près de 8 Belges sur 10 souhaitent que le masque soit rendu obligatoire dans les magasins - © conceptual,fashion,advertising - Getty Images

La grande étude Corona de l'Université d'Anvers montre que 77% des Belges souhaiteraient que le masque buccal soit obligatoire dans les supermarchés, rapporte Het Laatste Nieuws.

Depuis le début du mois de juin, de plus en plus de répondants à cette étude qui sonde les comportements des Belges depuis le début de l'épidémie ont indiqué qu'ils souhaiteraient une obligation pour les masques buccaux dans certaines situations. Cela vaut pour les clients (de 61 à 77%) comme le personnel (de 75 à 83%) dans les supermarchés. 

Le virologue Marc Van Ranst y est aussi favorable : "Dans cette phase de sortie, la foule dans les grands magasins et les magasins augmente progressivement et il n’est pas toujours facile de respecter la distance d’1,5 mètre. Je suis en faveur de l’obligation du port du masque dans les magasins." Il ajoute que l’injonction "Hautement recommandé" ne fonctionne pas...

Déjà dans certaines communes

Au Vrijdagmarkt de Louvain, qui est à nouveau entièrement ouvert à partir d'aujourd'hui, les visiteurs doivent désormais porter un masque buccal. Le maire Mohamed Ridouani (sp.a) introduit également cette obligation pour le marché du dimanche dans l'arrondissement de Heverlee. 

En Wallonie, plusieurs communes ont rendu cette pratique obligatoire.  C’est le cas à Saint-Josse-ten-Noode, à Pépinster dans la région liégeoise, dans le Borinage dans les communes de Quiévrain, Dour, Hensies et Boussu… Mais aussi à Bruxelles dans les trois communes qui composent la zone de police Montgomery, Etterbeek, Woluwe-Saint-Lambert et Woluwe-Saint-Pierre.

A Etterbeek, "c'est rentré dans les moeurs" selon le bourgmestre Vincent De Wolf (MR).  "Globalement, la mesure a été très bien suivie, à 98% je dirais"

Prêts à payer plus cher

D'autre part, une enquête menée par le Centre d'Expertise d'Impact public de la Karel de Grote Hogeschool (KdG) révèle que six sondés sur dix ayant participé à au moins un événement l'année dernière regrettent de ne pouvoir s'y rendre actuellement.

 Huit Belges sur dix exigent l'utilisation de mesures d'hygiène, telles que du gel hydroalcoolique ou le lavage des mains systématique. En outre, 60% estiment qu'il serait préférable que le personnel porte des masques buccaux. "L'obligation de porter un masque lors d'un évènement ne freinerait pas les Belges", explique Jolien Vangeel, "une personne interrogée sur deux affirme même que les masques buccaux devraient être rendus obligatoires pour les visiteurs. Seul un quart des sondés trouvent que les masques constituent une raison de ne pas se rendre à un évènement."

Les organisateurs affirment qu'ils peuvent réduire le nombre de visiteurs d'un tiers au maximum, mais ils s'attendent également à ce que les coûts soient 25% plus élevés pour un événement moyen. Les personnes sondées se sont dites prêtes à mettre la main au portefeuille, en donnant cinq euros de plus pour un billet de 25 euros, ou 10 euros de plus pour un billet de 100 euros. Lors d'évènements gratuits, un visiteur sur trois se dit également prêt à payer plus cher les boissons et la nourriture pour aider les organisateurs à couvrir leurs frais.

Emmanuel André sur le port du masque et la découverte de nouveaux virus (JT du 01/07/2020)

Emmanuel André sur le port du masque et la découverte de nouveaux virus (JT du 01/07/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK