Près de 3 mois après son échouage, le porte-conteneurs Ever Given est toujours immobilisé dans le canal de Suez : à combien s’élèvera la facture ?

Suite à une manœuvre malheureuse, l’énorme porte-conteneurs Ever Given avait bloqué le canal de Suez le 23 mars dernier. Le bateau, long de 400 mètres, a empêché la navigation de cet important axe maritime jusqu’au 29 mars. Il faudra attendre le 3 avril pour que les 422 bateaux qui attendaient puissent traverser.

Comment l’Ever Given s’est-il mis en travers du canal de Suez ?

Le porte-conteneurs Ever Given a été construit au Japon, est exploité par une compagnie taïwanaise et bat pavillon panaméen. Le 23 mars 2021, il vient de Rotterdam et se rend à Tanjung Pelepas, en Malaisie. Il est chargé de 18.000 conteneurs. Lorsqu’il est à hauteur de la marque de 151 km du Canal, il est confronté à une tempête de sable : des vents violents atteignant 50 km/h lui font perdre le contrôle de sa direction, selon les déclarations officielles. Le bateau s’échoue et s’encastre dans les deux rives du canal.

Il faudra que des engins de chantier creusent la berge pendant que du carburant, de l’eau de ballast et plusieurs conteneurs sont déchargés. Des dragues retirent des dizaines de milliers de m3 de sable du lit du canal. Pas moins de 8 remorqueurs seront sollicités pour dégager l’Ever Given. Il sera remorqué vers le Grand Lac Amer, au milieu du Canal. A la date du 16 juin 2021, l’Ever Given est toujours immobilisé à cet emplacement.

Pourquoi l’Ever Given est-il toujours immobilisé depuis 3 mois dans le canal de Suez ?

Un tribunal égyptien a ordonné la saisie de l’Ever Given. Des discussions sont en cours entre le gouvernement égyptien et le propriétaire de l’Ever Given concernant l’indemnisation au sujet de cette semaine pendant laquelle le canal était bloqué. Les négociations sont âpres, bien sûr et chacun avance ses chiffres. L’Etat égyptien (par le biais de la Suez Canal Authority, la société qui gère le canal) a déjà estimé ses pertes à plusieurs milliards de dollars et, réclame à l’armateur un montant d’environ 600 millions de dollars de compensation, selon la publication spécialisée dans le transport maritime Lloydslist.

A combien s’élèvera la facture et qui paiera ?

La facture totale du blocage du canal de Suez sera sûrement colossale. Les marchandises que transportait le porte-conteneurs sont immobilisées. Selon CNN, cela comprend des stocks qui appartiennent à Ikea et à Lenovo. Il y aurait aussi pour 100.000 dollars de frigos professionnels appartenant à la firme britannique EasyEquipment.

Toutes ces firmes sont écartées des négociations et n’ont aucune idée du moment où leurs marchandises seront libérées. Cela peut encore durer des mois. Selon CNN, si un accord est finalement conclu entre l’Etat égyptien et l’armateur, ces firmes ou leurs assurances pourraient être mises à contribution. En effet, dans le droit maritime, une clause prévoit une procédure de répartition des frais et dommages causés par des mesures de sauvetage décidées dans l’intérêt commun d’un navire et des marchandises qu’il transporte.

Un impact sur le prix du papier toilette ?

Le président de la société brésilienne Suzano Papel e Celulose s’était inquiété le 24 mars dans une interview à Bloomberg de l’impact du blocage du canal de Suez, mais surtout de la "crise des conteneurs" sur son secteur. Il craignait des problèmes de transport qui auraient causé une pénurie. Et qui dit pénurie, dit hausse potentielle des prix. Mais les fabricants européens de papier hygiénique ont voulu rassurer : leurs stocks sont suffisants.


►►► À lire aussi : Comment une pénurie de containers en Chine va faire augmenter certains prix en Belgique


La hausse des prix des conteneurs qui transitent entre la Chine et l’Europe est un phénomène qui affecte le commerce mondial depuis des mois. En résumé : trop peu de conteneurs sont disponibles, les délais de livraisons s’allongent. Electroménager, pièces de bicyclettes, jouets et composants électroniques sont en pénurie, ce qui oblige par exemple des constructeurs automobiles à mettre à l’arrêt leurs usines d’assemblage.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK