Pouvoir d'achat: quels sont les produits qui ont augmenté, et quels sont ceux qui ont diminué?

Pouvoir d'achat: quels sont les produits qui ont augmenté, et quels sont ceux qui ont diminué?
Pouvoir d'achat: quels sont les produits qui ont augmenté, et quels sont ceux qui ont diminué? - © Tous droits réservés

Depuis le mouvement des gilets jaunes, on parle beaucoup de pouvoir d’achat. A-t-il augmenté ou diminué ces dernières années ?

Les avis divergent selon les clés d’analyse.

Pour le gouvernement, c’est clair, puisque ce qu’on appelle le revenu disponible (c’est-à-dire l’addition des différentes rentrées financières moins les taxes et impôts), a augmenté plus fort (55,8%) que les biens et services et donc que l’inflation, qui mesure cette hausse des prix (43,9%).

Mais attention : ce ne sont jamais que des moyennes, rappelait l’économiste Philippe Defeyt, de l’Institut du développement durable, mais il y a des produits qui ont augmenté bien au-delà de l’inflation, comme le mazout, les carburants, le tabac, l’eau de distribution ou encore les quotidiens d’information.

Or, il s’agit là de produits de consommation courante, et qui pèsent donc plus dans le budget de certains ménages… et dans les esprits.

Ce qui a augmenté plus vite que l'inflation 


 

Les carburants ont globalement augmenté plus vite que les salaires, si on regarde l’évolution sur 20 ans. Mais avec des différences selon le type de carburant et la période. De 0,89€ en 1998 à 1,54€ en 2018, le prix de l’essence 95 a ainsi augmenté de 75%, soit bien au-delà de l’inflation et même de l’augmentation du  “revenu disponible”. Ce qui veut dire que comparativement, le plein d’essence pèse aujourdhui beaucoup plus lourd dans le budget, alors que de nombreux travailleurs font des trajets plus longs pour aller travailler.

Idem pour le LPG qui a plus que doublé en 20 ans, de 0,24€/litre en 1998 à 0,54€/litre en 2018.
La hausse est même plus forte si on regarde la période 1998-2013: le prix de l’essence a doublé en 15 ans, celui du LPG a triplé! Par contre, sur les 6 dernières années, ils font partie des produits dont le prix a le plus fortement diminué: - 25% en moyenne ! 

Même chose pour le mazout de chauffage, dont il est vrai, le prix en 1998 était historiquement bas: 0,19€/litre. Sur 20 ans, son prix a il est vrai plus que triplé pour atteindre 0,63€/litre en 2018, mais par rapport au prix de 0,81/litre pratiqué en 2013, c’est une baisse de près de 25% sur les six dernières années.

Pour le diesel, c’est différent: de 0,60 €/litre en 1998 à 1,39 en 2013, son prix a lui aussi plus que doublé, mais en conservant un écart de 30 cents en dessous du prix de l’essence jusque là. Mais au contraire de l’essence et du LPG, le prix du diesel a lui continué à augmenter, surtout depuis 2016, pour atteindre 1,50€/litre. Soit une hausse de 150% en 20 ans!

Le produit qui a le plus augmenté au cours de ces dernières années en Belgique reste le tabac, et en particulier le tabac à rouler.

Ce qui a diminué

 

Le prix moyen d’un téléviseur « à l’ancienne » était de 917 euros il y a 30 ans, en 1989. Son prix a ensuite baissé chaque année, pour atteindre 569 euros en 2005. En 2006, on a mis dans l’indice les téléviseurs à écran plat, dont le prix moyen était alors de 1251 euros. Leur prix n’a fait que baisser chaque année, pour diminuer de moitié en seulement 7 ans: 575 euros. Et depuis 2013, les prix de ce segement ont encore baissé de 15%. En 2018, on peut donc estimer qu’on paie en moyenne un téléviseur, avec un écran bien plus grand qu’il y a 30 ans… 488 euros. En 30 ans, le prix a donc quasiment diminué de moitié (- 47%), pour une qualité supérieure….

Les prix des ordinateurs personnels varient énormément d’un modèle à l’autre. Mais selon les indices du SPF économie, depuis 2006, le prix de l’ordinateur personnel a été divisé par 3 !

Idem pour les chaines hifi: leur prix moyen était de 445 euros en 1998, mais d’année en année leur prix a baissé pour passer sous les 200 euros dès 2013, seuil en-dessous duquel elles sont restées par la suite. Soit une baisse de 130% !

Comment expliquer ce phénomène? En fait, tous les produits high-tech ont vu leur prix chuter ces 30 dernières années. Du caméscope (qui coûtait, à la fin des années 80, l'équivalent de 1.400 euros actuels) au téléviseur, en passant par les chaînes hi-fi et les calculatrices, tous ont vu leur prix fondre avec le temps, alors que leur technologie, elle, faisait un énorme bond en avant. 

L’organisation de consommateurs Test Achats avance deux facteurs pour l'expliquer:

  • 1°) la baisse des prix des composants électroniques
  • C’est ce qu’on appelle « La loi de Moore », du nom du scientifique qui a prédit en 1965 que « Tous les 18 mois, pour un prix donné, la puissance des dispositifs informatiques double ».
  • C’est vrai pour les ordinateurs personnels, mais aussi pour toutes les machines électroniques, devenues de moins en moins coûteuses, et de plus en plus puissantes.
  • 2°) la concurrence
  • Et puis il y a le niveau de concurrence. Concurrence entre les marques et concurrence entre les magasins.

Le phénomène se retrouve aussi, même si dans une mesure un tout petit peu moindre, pour les appareils électroménagers:

 

 

Ainsi, un four à micro-ondes était vendu en 1998 au prix moyen de 287,72 €, pour baisser jusqu’à 188,26€ en 2013. Et ces dernières années, les prix moyens de l’indice “csuisinières et fours” ont encore baissé de 10%, pour s’établir aux alentours de 170 euros en moyenne pour un appareil multifonctions, bien plus perfectionné que son ancêtre d’il y a 20 ans, et pourtant 35% moins cher !

Le prix moyen de la machine à laver a lui baissé de 10% entre 1998 et 2013, avant de se stabiliser ces dernières années, passant ainsi d’un prix moyen de 687 euros il y a 20 ans à un peu plus de 600 euros aujourd’hui (617 en 2013).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK